Never Forget These Heroes

27 novembre 2021

Gerald R Brewer - 493rd Bomb Group - 862nd Bomb Squadron

Gerald Rolland Brewer est né aux États-Unis, en 1914, dans l'État du Maine. Il est le fils de Elwood Titus Brewer et de Mary C Estey. Il aura 5 frères et soeurs au total. 

Gerald s'est engagé dans l'armée américaine le 15 janvier 1942 après avoir passe plusieurs années à l'université, servant alors sous le matricule 11042737. Le Staff Sergeant Brewer fut envoyé au 493rd Bomb Group le 13 Novembre 1943 avec de nombreux officiers et autres soldats. Ils étaient auparavant dans le 13th Anti-Submarine Squadron qui se trouvait à "Grenier Field" dans le New-Hampshire. Du fait de leur précédente affectation, ils étaient les seuls équipages vraiment expérimentés envoyé au 493rd Bomb Group (les autres équipages arrivèrent en janvier, février et mars 1944 et sortaient tout juste de leur formation).


Holster M3 - Gerald R Brewer Photo_10

Holster M3 - Gerald R Brewer Photo_11

Holster M3 - Gerald R Brewer Photo_12

Holster M3 - Gerald R Brewer Photo_13

Le T/Sgt Gerald R Brewer fut assigné au 862nd Bomb Squadron du 493rd Bomb Group de la 8th Air Force. Il faisait parti de l'équipage du Captain Sweeney :

Pilot : Capt Charles R. Sweeney
Co-pilot : 1st LT Hugh P. Quimby
Navigator : 1st LT William H. Andrew
Bombardier : 1st LT Benjamin F. Thornton, Jr.
Flight Engineer : T/Sgt Gerald R. Brewer
Radio Operator : T/Sgt Robert W. Warfield
Waist Gunner : S/Sgt William J. P. Johnston
Ball Turret Gunner : S/Sgt Shirley C. Beardsley
Tail Gunner : S/Sgt Frank G. Amselmo

Le T/Sgt Brewer participa aux même missions que le Capt Sweeney. Leur première mission fut le 11 juin 1944 et leur dernière le 13 janvier 1945.

En août/septembre 1944, le 493rd Bomb Group passa des bombardiers B-24 aux bombardiers B-17. La dernière mission de l'équipage en B-24 fut le 11 août 1944 et leur première mission avec un B-17 fut le 17 septembre 1944. Ils ont donc réalisés 15 missions sur des B-24 et 20 missions sur des B-17.

Voici l'équipage pris en photo le 1er janvier 1945 en Angleterre devant leur B-17 "Sweeney's Brats"
Sur cette photo, Gerald se trouver tout en haut à droite.

Holster M3 - Gerald R Brewer Crew_110

Gerald est en haut à droite.

Holster M3 - Gerald R Brewer Gerald12

Holster M3 - Gerald R Brewer Gerald13
 

5 Juin 1944 :
« Nous avons entendu des rumeurs d’une invasion. »

6 Juin 1944 :
« Deux B-24 de notre groupe sont entrés en collision au dessus de la Manche. La 8th Air Force bombarda les plages pour l’invasion. Notre équipage été alerté pour cet après-midi. Toute la journée, le ciel a été rempli d'avion de tous types, des milliers d'entre eux du matin jusqu'au soir. »

15 Juin 1944 :
« Nous avons bombardé une base Allemande près de Paris. Canons antiaériens (Flak) légers. Nous avons vu les nouvelles roquettes allemandes. Nous sommes tous très fatigués car nous avons été appelés quatre nuits de suite. »
Informations supplémentaires : Les nouvelles « V Rockets » causèrent énormément de dommages, 376 avions endommagés, 12 hommes blessés, 18 MIA.

20 Juin 1944 :
« Nous avons bombardé les raffineries à Hanover (Allemagne). Éveillé à 12:30, mis au courant à 02:00, décollage à 04:15. Nous sommes allés en Allemagne par la Hollande. Canons antiaériens très lourds. Altitude 23000 pieds. Nous avons été frappés dans l'aile gauche. Posé à 07:15, interrogé et avons reçu une ration de whisky, puis nous sommes allés au lit. »
Informations supplémentaires : Il y a eu 1965 bombardiers, 1607 ont bombardé leur cible ou ont complété leur mission, 3916.2 tonnes de bombes lâchées, 50 bombardiers perdus, 983 avions endommagés, 12 morts et 44 blessés, 499 hommes MIA. Sur 191 B-24 envoyés à Hanover, 1 a été perdu, 89 endommagés et 4 hommes tués.

29 Juin 1944 :
« Nous avons bombardé l’usine du JV88 a Fallersleben (Allemagne). Flak intense. L’équipage du Lt. Hanson à reçu un coup et a été descendu. I had to trip last twelve bombs with a screwdriver, when salvo rod froze. » (je n’ai pas réussi à traduire). « L’équipage d’Hanson est le quatrième équipage de nos vieux barraquement du camp McCook (Nebraska) a avoir été descendu. »
Informations supplémentaires : Mission stratégique dans les alentours de Leipzig. Tous les Fighter Group étaient mobilisés excepté le 359FG. Aucune opposition aérienne majeure. Un bombardier du 493nd BG perdu. Il y a eu 1150 bombardiers, 705 on complété leur mission, 15 perdus, 391 endommagés, 4 hommes tués.

14 Juillet 1944 :
« Nous avons bombardé une grande base allemande à Montdidier (France), soudainement, il y a eu plusieurs éclatement au dessus des nuages, ce qui a d’ailleurs fait exploser un bout d’aile et un éclat est passé dans le compartiment de notre Bombardier mais ne l’a pas touché …Then back a our base our nose wouldn’t do down and I worked for a half hour freeing it … When we landed others sighed « We were sweating you out ! » (je n’ai pas réussi à traduire).
Informations supplémentaires : Sur 131 B-24, 54 sont allés en direction de Montdidier avec le soutient de Fighter Group. Plusieurs Dogfights avec des chasseurs allemands. Il y a eu 3700 containers parachutés à la Résistance Française, 15 avions ont été endommagés.

18 Juillet 1944 :
« La plus grande chose après le D-Day, bombarder l’artillerie allemande à l’Est de Caen (France) en avance sur le trajet du Général Montgomery. En plus, la Flak nous tira dessus avec des roquettes sur nous aujourd’hui. Ces choses « are about six feet long ». Elles arrivent … dans une sorte de zig zag … et explosent … balançant des éclats dans toutes les directions. »
Informations supplémentaires : 644 B-24 et 750 B-17 ont attaqués des cibles tactiques dans le soutient direct des troupes au sol en Normandie. 476 chasseurs sont venus pour chasser les allemands. 90 chasseurs de la RAF ont escortés les B-24. Des P-38 et P-51 ont escortés d’autres Bomb Group.

30 Septembre 1944 :
« Nous avons bombardé aujourd’hui les voies de chemin de fer à Biefeld (Allemagne). Nous avons perdus 5 bombardiers … Nous avons touchés notre cible et l’avons quitté en train de bruler. Partout, il y avait des avions en train d’exploser et de bruler … Nous étions dans la Flak pendant presque une heure. Je suis ici sur ma couchette me demandant si peut-être pendant nos onze dernières missions, nous serions peut-être malchanceux … J’ai reçu une superbe lettre d’anniversaire de Gene (Genevieve, sa femme) ce soir. Comme elle me manque. »
Informations supplémentaires : 834 bombardiers envoyés à Biefeld.

2 Octobre 1944 :
« Nous avons bombardé l’usine fabriquant les chars Tigres a Kassel (Allemagne) … Seulement un équipage a été descendu aujourd’hui. Nous ne pouvons pas dire ce qu’il c’est passé, il n’y avait aucune flamme. L’avion explosa et a chuté en piqué. Plusieurs équipages partent pour les États-Unis après 28 missions - l'épuisement du combat. »
Informations supplémentaires : Grosse attaque à Cologne et Kassel, cible industrielle. 1195 bombardiers envoyés, 1132 bombardiers touchèrent leur cible et larguèrent 2760 tonnes de bombe. Il y a eu 4 pertes, 413 avions endommagés, 17 tués, 6 blessés, 38 MIA. Il y a eu 27 P-51 qui ont informés les bombardiers sur le temps.

5 Octobre 1944 :
« Nous avons bombardé une base de chasseur allemande à l’extérieur de Munster. La principale cible était un large hangar. La Flak était intense. Nous avons eu plusieurs trous dans la carlingue de l’avion. Un éclat d’obus toucha le pare-brise juste devant la tête du co-pilote et provoqua un trou de « two inches ». J’ai reçu deux lettres de Gene … quand je suis rentré. J’ai appris que mon frère Merrill est missing in action. Il était à sa 35eme et dernière mission. »
Son frère, Merril Elwood Brewer est décédé le 16 Septembre 1944 après le crash de son bombardier, il était du 492nd BG. Il effectué sa dernière mission avant qu’il ne rentre aux Etats-Unis quand la Flak Américaine toucha son avion … Voici son Mémorial : http://www.findagrave.com/cgi-bin/fg.cgi?page=gr&GSmpid=47197133&GRid=42286726&
Informations supplémentaires : 1090 bombardiers envoyés sur la cible industrielle à Cologne et Munster. 935 complétèrent leur mission, larguèrent 2446 tonnes de bombes, 9 avions perdus, 353 endommagés, 1 homme tué, 71 MIA.

15 Octobre 1944 :
« Nous avons bombardé les chemins de fer à Cologne (Allemagne). Flak accrue et intense. Un éclat est passé entre nous et notre mitrailleur de l’aile droite. Nous étions dans les 12 premiers avions sur 900 au dessus de Cologne aujourd’hui. »
Informations supplémentaires : Grosse attaque dans les alentours de Cologne. 787 bombardiers envoyés, 722 ont complété leur mission, larguèrent 1983 tonnes de bombes. Surprenant : 639 avions endommagés, 7 perdus, 27 morts, 41 blessés et 68 MIA.

24 Octobre 1944 :
« The Jerries are sending plenty of buzz bombs over nearly every night. The ack-ack guns are shooting most of them down however. » (Je n’ai pas réussi à traduire).

29 Octobre 1944 :
« J’ai reçu une letter de la maison aujourd’hui. Ils ont reçu un télégramme disant que mon frère, Merrill, avait été tué le 16 Septembre 1944 en France. »

11 Novembre 1944 :
« Cible - chemins de fer a Coblenz (Allemagne). Altitude, 29000 pieds, 7 heures de vol, Flak modérée. Porte de sortie des bombes non fonctionelle, bombes non largués. »
Note de l’éditeur : les notes dans le journal sont moins féquentes (prochaines notes : 12/12/1944).
Informations supplémentaires : Attaque de raffineries pétrolières en Allemagne. 482 bombardiers envoyés, 432 complétèrent leur mission, 71 endommagés, 8 morts et 10 MIA.

25 Décembre 1944 :
« Mission de 4 heures pour bombarder un tunnel en Allemagne. Le group près de nous a été attaqué par des chasseurs ennemis. Nous avons été averti que l’atterrissage s’effectuerait en France mais le temps fut superbe donc nous sommes retournés au Royaume-Uni. Nous avons eu un diné pour Noël dans le mess hall. »

10 Janvier 1945 :
« Mission vers le pont de Hohenzollern, Cologne (Allemagne). Le pont a été appelé ainsi pour la famille royale et a été utilisé pour transporter la moitié des provisions pour soutenir l’armée allemande se trouvant au nord de Sarbrucken. Je n’ai pas volé aujourd’hui parce que j'étais en avance d’une mission, donc maintenant nous ferons notre dernière mission ensemble. They had a rough one today. Contrails all way and 600 guns from L.P. to target. Flak accrue. Le Lieutenant Andrew, a été touché dans la poitrine. Le Capitaine Bethune a été abattu, Le Lieutenant Buttler s'est crashé au décollage et la plupart des équipage se sont échappé avant que les bombes explosent. Le pilote, Co-pilote et Ingénieur ont été tués. Les garçons de notre équipage retournent juste maintenant au baraquement, j'espère que nous pourrons voler demain et terminer. Température aujourd'hui -68°C à 27000 pieds. »
Informations supplémentaires : 1119 bombardiers envoyés, 912 complétèrent leur mission, 2196 tonnes de bombes largués.

13 Janvier 1945 :
« 35ème et dernière mission ! Quel super sentiment ! Un regain de vitalité - plus de souci d'être abattu, pendant quelque temps au moins. Maintenant en congé pour 30 jours ! Nous avons été alertés à 10:30 (du matin), briefing à 17:30, décollage à 20:45. Cible : Bischofsheim (Allemagne). Il faisait vraiment froid, -53°C à 27000 pieds et nous nous sommes approchés de la cible. La couche de nuages s'est séparée et nous pouvions voir la campagne. La Flak au dessus de la cible était modérée mais très nombreuse (175 Flak) et 2 avions de notre groupe ont été descendu. »
Informations supplémentaires : Les conditions de vol le 13 Janvier été atroces et provoquèrent de nombreux accidents. Il y a eu 958 bombardiers envoyés pour bombarder les ponts du Rhin, 909 complétèrent leur mission, larguèrent 2439 tonnes de bombes, 8 perdus, 174 endommagés, 4 tués, 13 blessés, 71 MIA. Plusieurs rapports montrèrent qu’un certain nombre de chasseurs se sont crashés pendant ou juste après le décollage, tuant plusieurs pilotes. Le problème était le glaçage.

Gerald se maria le 3 mai 1945 avec Genevieve Margarett Tierney à Manchester, dans l'État du New Hampshire. Gerald est décédé le 9 juin 2004 à l'âge de 90 ans.

Holster M3 - Gerald R Brewer Gerald14

Posté par Memoire1944 à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


16 novembre 2021

George R Crowe - 602nd Bomb Squadron - 398th Bomb Group

Lt George R Crowe - 602nd Bomb Squadron - 398th Bomb Group - KIA 43de1810

Lt George R Crowe - 602nd Bomb Squadron - 398th Bomb Group - KIA A21f2c10

George Robert Crowe est né aux États-Unis, le 15 février 1923, dans la ville de Havre, située dans l’État du Montana. Il est le fils de Malteyward Robert Crowe et d’Elizabeth R Crowe. Il aura deux sœurs : Mary Elizabeth Crowe Vosen et Annabelle Ruth Crowe. 

Après avoir étudié dans le Northern Montana college, George s’est engagé dans l’armée américaine le 19 février 1943, quelques jours seulement après son vingtième anniversaire. Il sert alors sous le matricule 19125040. Il effectua ses premiers entrainements dans l’US Army Air Forces et notamment le Primary Flight Training dans la ville de Springfield (Missouri) de la mi-février 1944 au 6 mai 1944. Pendant les 18 semaines suivantes, il a suivi des cours de pré-vol (Basic Flight Training) sur la base aérienne de San Antonio, dans le Texas. Il a passé neuf semaines à Bruce Field (Texas), puis neuf autres semaines de travail à Sherman Field (Texas). Il a obtenu son diplôme sur la base aérienne d’Ellington Field, le 15 avril 1944.  

Devenu officiellement lieutenant, et servant désormais sous le matricule O-719575, George R Crowe a suivi une formation sur la base aérienne d’Alexandria, en Louisiane. Le 8 août 1944, il embarque avec des milliers de camarades pour aller combattre sur le front européen (ETO) et arrive en Angleterre. Il est alors affecté dans le 602nd Bomb Squadron du 398th Bomb Group de la 8th Air Force. Cette unité de bombardement servait alors sur la base aérienne nommée AAF Station 131 de Nuthampstead. 

Il effectua au total 16 missions jusqu’à sa dernière mission au-dessus de l’Allemagne, la 17ème, qui sera fatale pour lui comme pour ses coéquipiers. 

Ci-dessous la liste de ses missions : 
Mission N°1 : Ludwigshafen – Allemagne – 5 septembre 1944 
Mission N°2 : Ludwigshafen – Allemagne – 8 septembre 1944 
Mission N°3 : Brux – Tchécoslovaquie – 12 septembre 1944 
Mission N°4 : Lutzkendorf – Allemagne – 13 septembre 1944 
Mission N°5 : Eindhoven – Pays-Bas – 17 septembre 1944 
Mission N°6 : Cassel – Allemagne – 22 septembre 1944 
Mission N°7 : Francfort-sur-le-Main – Allemagne – 25 septembre 1944 
Mission N°8 : Osnabrück – Allemagne – 26 septembre 1944 
Mission N°9 : Magdebourg – Allemagne – 28 septembre 1944 
Mission N°10 : Cassel – Allemagne – 2 octobre 1944 
Mission N°11 : Cologne – Allemagne – 5 octobre 1944 
Mission N°12 : Neubrandenburg – Allemagne – 6 octobre 1944 
Mission N°13 : Cologne – Allemagne – 14 octobre 1944 
Mission N°14 : Cologne – Allemagne – 15 octobre 1944 
Mission N°15 : Cologne – Allemagne – 17 octobre 1944 
Mission N°16 : Munster – Allemagne – 26 octobre 1944 
Mission N°17 : Munster – Allemagne – 28 octobre 1944 

Lt George R Crowe - 602nd Bomb Squadron - 398th Bomb Group - KIA Connol10 

Liste des membres d’équipage du B-17G #44-6519 :
 
Pilot : 2nd Lt Harry J CONNOLLY – KIA 
Co-Pilot : 2nd Lt George R CROWE – KIA 
Bombardier : 2nd Lt Roger L ERICKSON – KIA 
Navigator : 2nd Lt Lewis G SLADE – KIA 
Top Turret Gunner : T/Sgt George T ROBY - KIA 
Radio Gunner : T/Sgt William T HAMOR – POW 
Left Waist Gunner : S/Sgt Milford C PINSON – KIA 
Ball Turret Gunner : Sgt Francis A DALY – KIA 
Tail Gunner : Sgt Virgil L FULLER - KIA 

La mission du 28 octobre 1944 : 
L’équipage quitte la base aérienne AAF Station 131 de Nuthampstead, en Angleterre, à 11h30 à bord du bombardier B-17G #44-6519. L’objectif de ce bombardement opérationnel était de bombarder des gares de triage se situant près de la ville de Munster, en Allemagne. 
Moins d’une minute après avoir largué ses bombes au-dessus de l’objectif, vers 14h29, le bombardier B-17 du lieutenant Connolly est durement touché par les obus des canons de la Flak ennemie. 
Certains témoins visuels se situant dans d’autres bombardiers ont témoigné sur cet accident lors de leur retour sur la base aérienne en Angleterre : 
Harold R VAN OPDORP : 
« Peu de temps après les bombardements (14h30) j'ai remarqué que l’appareil sur la gauche de notre Low element faisait un léger piqué. Notre bombardier ayant une fuite dans la prise jack de l'interphone, j'ai entendu à la radio un avion dire qu'il avait été touché. Quelques secondes plus tard, j'ai vu l’empennage de ce bombardier exploser au niveau de la porte ou légèrement derrière. Tout l’empennage sembla se désintégrer, les trois parties se séparant. À ce moment, j'ai entendu à la radio quelqu'un dire "ils ont touché notre empennage". Lorsque l’empennage de l’avion s'est détaché, l'avion a piqué verticalement et est passé sous notre aile, hors de ma vue. Je n'ai vu aucun parachute. » 

Julius S ZLASNER : 
« J'ai vu un obus de 105 mm perforer le côté droit du fuselage de l’avion du lieutenant Connolly juste devant la position de la roue de queue. À peu près à mi-hauteur, il a explosé et tout l’empennage a commencé à se déformer et le bombardier a commencé à plonger dans un angle d'environ trente degrés. Je n'ai vu aucun parachute. » 

John W HUNTER : 
« Environ une demi-minute avant que les bombes ne partent (14h29), j'ai vu un bombardier devant moi plonger. Je n'ai vu aucune fumée mais l’empennage avait été soufflé, et l’avion s'est verrouillé comme s'il descendait presque tout droit. Ce n'était pas en vrille. Je l'ai regardé pendant un moment jusqu'à ce qu'il disparaisse dans les nuages. Autant que je sache, aucun parachute n'est sorti de l’avion. » 

Le bombardier B-17 se crashe près de la ville de Nienberge, au nord-ouest de Munster, près de la ferme Bauerschaft Schonebeck, sur l’axe reliant la ville de Nienberge à celle de Roxel. 
Sur l’ensemble des membres d’équipage, seul un soldat réussira à en réchapper, il s’agit du radio, le T/Sgt William T HAMOR qui arrivera à sauter en parachute et sera fait prisonnier par les soldats allemands. 
George a été identifié grâce à sa plaque d'identification et fut initialement enterré dans la ville de Nienberge, le 31 octobre 1944. Il repose désormais au cimetière militaire américain de Neuville-en-Condroz. Le lieutenant Crowe était titulaire de l’Air Medal avec deux feuilles de chêne obtenues lors de missions effectuées au mois de septembre 1944.  

Lt George R Crowe - 602nd Bomb Squadron - 398th Bomb Group - KIA 64379510

Posté par Memoire1944 à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 août 2021

Nona A Juday - 80th Airborne Anti-Aircraft Battalion - 82nd Airborne Division


Caporal Nona A Juday - 82nd Airborne Division - Sainte-Mère-Eglise 10e66a10

Il s’agit de 2 lettres écrites par le caporal Nona  A. Juday au mois de mars 1943, durant ses entraînements aux États unis au Fort Bragg, seulement 1 mois avant qu’il ne soit déployé dans l’ETO. Le caporal Juday faisait parti du 80th Airborne Anti-Aircraft Battalion de la 82nd Airborne Division et plus précisément de la Battery A, une compagnie antichar composée de 8 canons de 37mm remplacés plus tard par des canons de 57mm plus facilement transportables par planeur. Il arrive à Casablanca le 10 mai 1943 et suit de nombreux entraînements en Afrique du Nord en vue de l’invasion de la Sicile puis de l’Italie à laquelle il participe.

Caporal Nona A Juday - 82nd Airborne Division - Sainte-Mère-Eglise 24b44c10

Caporal Nona A Juday - 82nd Airborne Division - Sainte-Mère-Eglise E00ccb10

Le 17 novembre 1943, le 80th Airborne Anti-Aircraft Battalion quitte l’Italie et rejoint l’Irlande. Après plusieurs semaines d'entraînement à Kilrea, en Irlande du Nord, le bataillon est déplacé au Camp Odeby, un hippodrome de la région de Leicester en Angleterre, le 16 février 1944. L'entraînement antichar, anti-aérien et le vol en planeur s'est poursuivi en vue de l'invasion de la France. Dans la soirée du 5 juin 1944, les batteries A, B et C partent pour l'aérodrome de Ramsbury à destination du Cotentin où l'invasion parachutiste de la Normandie avait commencé. Les batteries A et B ont quitté l'Angleterre dans des planeurs CG4-A.
Alors âgé de 24 ans, le caporal Juday se trouve à bord d’un planeur Waco et atterrit sur le sol normand, à proximité de Sainte-Mère-Eglise. Le bataillon se voit confier diverses missions, rattachées au 505th PIR, au 325th GIR, au 507th PIR et au 508th PIR. Les batteries A, B et C revendiquent un certain nombre de chars, de véhicules blindés de transport de troupes et d'artillerie tractée éliminés.

Caporal Nona A Juday - 82nd Airborne Division - Sainte-Mère-Eglise C5aa0710

La suite du parcours du caporal Nona A. Juday et son destin restent énigmatiques. D’après un télégramme envoyé à ses parents, leur fils fut porté disparu dès le 6 juin 1944 et officiellement décédé de ses blessures le 20 juin 1944 après avoir été fait prisonnier par les soldats allemands mais son corps ne fut jamais retrouvé. Il est ainsi déclaré MIA (Missing In Action). Peut-être est-il décédé dans le crash de son planeur, ou peut-être est-il mort de ses blessures et son corps a mal été identifié ? Personne ne le sait malheureusement …

Posté par Memoire1944 à 18:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 janvier 2021

Richard J Brady - 564th Bomb Squadron - 389th Bomb Group

Le Lieutenant Richard J. Brady faisait parti du 564th Bomb Squadron - 389th Bomb Group de la 8th Air Force.


Richard J Brady - 564th Bomb Squadron - 389th Bomb Group 40075810

Richard J Brady - 564th Bomb Squadron - 389th Bomb Group 4e6fe410

Richard J Brady - 564th Bomb Squadron - 389th Bomb Group S-l16024

Richard J. Brady, acteur-comédien de formation, s'est engagé dans l'Army Air Corps le 17 avril 1942 à New Haven, dans le Connecticut, seulement âgé de 21 ans. Son numéro de matricule est alors le 11066679. Après plusieurs mois d'entraînements aux États-Unis, le Lieutenant Brady, devenu officier, sert sous le matricule O-688504 et se trouve affecté en Angleterre, dans la 8th Air Force, d'abord dans le 448th Bomb Group puis passe dans le 389th Bomb Group.

Ayant effectué de nombreuses missions au-dessus de l'Europe, le Lieutenant Brady se trouve, le 1er avril 1944, dans l'équipage du B-24 Liberator numéro 41-28763 en partance vers la ville allemande de Pforzheim pour une mission de bombardement d'axes ferroviaires.
Malheureusement, au retour de la mission, le bombardier est touché par la Flak (moteurs et réservoirs). L'équipage quitte précipitamment l'appareil vers 13h30 avant que celui-ci ne se crash près de Ransart, non loin de la ville d'Arras. 7 membres d'équipages sont faits prisonniers, 3 arrivent à s'évader et un meurt (le Colonel James M Thompson présent dans l'appareil en tant qu'observateur).

Richard J Brady - 564th Bomb Squadron - 389th Bomb Group B-2410

Après quelques recherches dans les archives américaines, j'ai retrouvé plusieurs documents le concernant. Ces papiers avaient à l'époque étaient récupérés par les Allemands qui les avaient faits prisonniers lui et ses camarades.

Richard J Brady - 564th Bomb Squadron - 389th Bomb Group 001810

Richard J Brady - 564th Bomb Squadron - 389th Bomb Group 004910

Richard J Brady - 564th Bomb Squadron - 389th Bomb Group 005010

Richard J Brady - 564th Bomb Squadron - 389th Bomb Group 005210

Richard J Brady - 564th Bomb Squadron - 389th Bomb Group 005410

Richard J Brady - 564th Bomb Squadron - 389th Bomb Group 005610

Richard J Brady - 564th Bomb Squadron - 389th Bomb Group 005710

Richard J Brady - 564th Bomb Squadron - 389th Bomb Group 005910
Richard J Brady - 564th Bomb Squadron - 389th Bomb Group 006110

Le Lieutenant Richard J. Brady fut par la suite envoyé vers le Dulag Luft Grosstychow Dulag 12 dans lequel il y restera jusqu'au 29 mai 1945.
Richard est décédé le 12 juin 1984 à Bourne, dans le Massachusetts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail En ligne

Posté par Memoire1944 à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 mars 2020

Richard H Conley - 18th Infantry Regiment - 1st Infantry Division

 2nd Lt Richard H Conley - 1st Infantry Division - Omaha Beach S-l16015

Le 2nd Lt Richard H. Conley faisait parti de la 1st Infantry Division et a débarqué en Normandie le 6 juin 1944. Engagé en 1940, il fut envoyé à Fort Benning en 1942 puis en Angleterre en vue du débarquement le 6 décembre 1943.

2nd Lt Richard H Conley - 1st Infantry Division - Omaha Beach S-l16012

Ce grouping est composé d’un rare document qui n’est autre que le document officiel utilisé le 6 juin 1944 pour lister les soldats présents dans la barge de débarquement LCVP 3004 qui devait se rendre sur Omaha Beach. Cette barge a débarqué à l’heure-H +195 minutes (vers 09h45) sur Easy Red. Elle a emporté des soldats du 2nd Bn de la 18th Infantry Regiment de la 1st Infantry Division. Ce document a sûrement été emporté par le 2nd Lt Conley lors du débarquement et a suivi sa (courte) campagne normande avant qu’il ne soit blessé.

2nd Lt Richard H Conley - 1st Infantry Division - Omaha Beach S-l16013

J’ai fait des recherches sur plusieurs des soldats présents dans cette barge, quelques uns sont mort peu de temps après le D-Day, d’autres ont été blessés. Le 2nd Lt Richard H Conley a quant à lui reçu une Silver Star pour une action menée le 8 juin 1944 et a été blessé par balle de mitrailleuse à la main gauche en Normandie le lendemain, le 9 juin 1944 ainsi qu’en Allemagne par un éclat de mortier le 2 février 1945.

Ci-dessous, son témoignage livré après guerre dans un livre : 
Dick Conley, l'ancien garde national de la 28th division de Pennsylvanie, déterminé à faire sa carrière dans l’armée, a été envoyé en Grande-Bretagne parce que "le commandant du régiment de la 14th division blindée m'a envoyé dans l’ETO en décembre 1943 faisant de moi un officier de remplacement de l'infanterie. Lorsque j'ai pris le contrôle d'un peloton dans la compagnie E du 18th Infantry Regiment, je me sentais désavantagé parce que tous les sous-officiers étaient expérimentés au combat alors que je ne l'étais pas. Ils nous ont informés des tactiques et des armes allemandes. Ils nous ont enseigné des stratagèmes visant à prolonger notre vie : chaque fois que vous vous arrêtez, creusez. Il nous a été souligné avant l'invasion de la Normandie que nous étions des chefs de section et que nous menions littéralement nos hommes au combat.

Au moment où Dick Conley est arrivé dans la deuxième vague d'infanterie, Easy Red était moins meurtrière. "Nous sommes descendu par des cordes sur le côté des navires Liberty vers 07h00. Les vagues étaient si hautes que les LCVP montaient et descendaient de plusieurs mètres, vous deviez bien chronométrer le moment où vous lâchiez le filet pour bien tomber dans le bateau. Au total, nous étions une trentaine de soldats. Nous avons passé quatre heures et demie dans le LCVP. Nous étions censés garder la tête baissée mais tout le monde se levait pour regarder ce à quoi nous étions confrontés, ce qui nous attendait. Quand nous avons regardé en direction de la plage, tout ce que nous pouvions voir était de la fumée. Alors que nous nous approchions, l'endroit était tellement encombré de débris, d'engins accidentés et de véhicules que nous avons eu beaucoup de difficulté à trouver un endroit pour accoster. Mais nous avions un bon équipage qui nous a déposés dans une eau assez peu profonde. Il était environ 11h30, une heure et quart plus tard que notre horaire ne le prévoyait. En tant que leader, je me suis engagé en premier. L’eau arrivait jusqu'aux genoux, et quand j’ai touché le sol, mes pieds n'ont pas suivi le reste et je suis tombé dans l’eau. Dès que nous sommes arrivés à terre, nous avons enlevé le revêtement en plastique de nos armes et j'ai assemblé mon peloton. J'ai vu les premiers soldats américains morts dès mon arrivée à terre. La plupart étaient dans l'eau près du rivage. Nous avons commencé à remonter lentement la pente de la falaise. Nous recevions constamment des coups de feu de la part de l’ennemi. C'était très effrayant a entendre, et l'artillerie venait assez régulièrement. Nous avancions en file indienne. Nous avons été alertés de la presence de shu mines, des petites mines antipersonnel en bois conçues pour souffler la moitié de votre pied. Effectivement, à mi-chemin en descendant de la colline des plages, un GI se trouvait juste à côté du sentier avec la moitié avant d'un pied disparue. Mais il souriait. Il savait qu'il rentrerait chez lui.

Nous étions si proches les uns des autres que lorsque les obus se sont rapprochés, nous ne pouvions même pas nous allonger. Tout ce que nous pouvions faire était de nous accroupir. J'avais une envie effrayante de me dépêcher et de m'éloigner de la plage et de trouver une couverture quelque part. Nous étions tous pleinement exposés. Quand nous sommes finalement arrivés sur les hauteurs, nous nous sommes arrêtés pendant que la compagnie se réunissait. Je tremblais, tremblais de façon incontrôlable, et j'en avais honte, jusqu'à ce que je remarque que tous les vétérans d'Afrique du Nord et de Sicile tremblaient aussi. Je me sentais immédiatement mieux, voyant des preuves que nous partagions tous la même peur.
Le plan régimentaire prévoyait que la compagnie E se rende dans une zone de rassemblement à Colleville-sur-Mer, puis se déplace vers notre objectif, Mosles. En route, nous étions engagés dans des échanges de tirs d'armes légères et j'ai commencé à voir les premiers morts. Des soldats allemands. En raison de leur résistance, nous n'avons atteint la zone de rassemblement que le soir. Des ordres ont été donnés pour sécuriser cette zone. En vérifiant mes hommes, j'ai appris que neuf membres de mon peloton avaient été blessés mais que personne n'avait été tué au combat. Cela se produirait le lendemain. L'un des bruits les plus bienvenus que j'aie jamais entendu de ma vie était le tir de la 32th Field Artillery - 105 mm. Avec cette musique et la sécurité établie, je me suis finalement endormi.

Le 9 juin, il y avait une mitrailleuse qui nous bloquait. Alors que je m'avançais pour le localiser, le tireur allemand m'a vu en premier et j'ai reçu une balle dans la main gauche. Mon platoon runner a aspergé la blessure de poudre de sulfa et m'a bandé la main. Je suis resté immobile pendant environ une heure. Personne ne faisait rien, y compris tous les autres chefs de section expérimentés au combat. J'ai pensé qu'il était temps pour moi de partir. J'ai remis ma boussole, ma carabine et mes cartes à mon sergent de section et lui ait dit qu'il était maintenant en charge du groupe. J'ai fait rapport au commandant de la compagnie. Il m'a donné deux hommes avec des blessures identiques, des balles dans les épaules, pour être reconduit au poste de secours du bataillon. Un des soldats avec la même blessure était presque mort de choc. Il pouvait à peine parler ou marcher.

Après le traitement médical préliminaire, Richard Conley s'est rendu dans un hôpital de campagne puis six mois de convalescence en Angleterre. Je suis rentré dans mon unité en décembre 1944, lors de la bataille des Ardennes. J'ai été affecté à la compagnie G. J'ai rendu visite à la compagnie E pour voir qui restait de mon peloton d'origine. Il n'y en avait que trois, dont deux avaient été blessés. Les autres ont été tués ou se remettent encore de blessures.

Avant l'invasion de la Normandie, il était précisé que nous étions des chefs de section qui dirigeraient nos hommes. J'avais duré trois jours à ce poste en juin 1944. Quand je suis revenu, on m'a dit que je devais dorénavant commander. Ils venaient de perdre trop de chefs de section. J'ai servi 35 jours. Vers la fin du mois de janvier et le début de février, nous attaquions, prenant une petite ville après l'autre. Puis nous avons pénétré dans la ligne Siegfried. Il devait y avoir sept mitrailleuses qui tiraient toutes sur moi. Un obus de mortier a atterri à quinze pieds derrière moi. Plusieurs hommes ont été tués et j'ai été à nouveau blessé.

2nd Lt Richard H Conley - 1st Infantry Division - Omaha Beach Lcvp10

La photo qui accompagne ce grouping représente plusieurs blessés dont le 2nd Lt Richard H Conley en convalescence en Angleterre après sa première blessure.

2nd Lt Richard H Conley - 1st Infantry Division - Omaha Beach S-l16014

Quelques documents provenant des archives de la 1st Infantry Division :

2nd Lt Richard H Conley - 1st Infantry Division - Omaha Beach 87873010

2nd Lt Richard H Conley - 1st Infantry Division - Omaha Beach 88135710
 

Et un article de presse au sujet du 2nd Lt Richard H Conley :

2nd Lt Richard H Conley - 1st Infantry Division - Omaha Beach 88180610


02 mai 2016

Liner 4th Infantry Division

Dès le 7 juin 1944, les soldats américains installés à hauteur de Sainte-Mère-Eglise reçoivent l’ordre de progresser le long de la route nationale 13 en direction de Montebourg, important carrefour routier et l’un des derniers verrous avant Valognes et Cherbourg. Mais les Allemands, appartenant dans ce secteur au Grenadier-Regiment 1058 (91. Infanterie-Division), Grenadier-Regiment 729 (709. Infanterie-Division), sont solidement installés en défensive.

Le 10 juin, le 12th Infantry Regiment (4th Infantry Division) commandé par le colonel Russell P. Reeder, Jr a atteint les hauteurs situées à l’est de Montebourg. Mais sur son flanc gauche, à l’ouest de la route nationale 13, le 8th Infantry Regiment (4th Infantry Division) commandé par le colonelJames A. Van Fleet est toujours à environ 1 000 mètres au sud, l’action de freinage de leurs adversaires ayant infligé du retard et de lourdes pertes aux assaillants. Le général Raymond O. Barton, commandant la division, cherche dans un premier temps à aligner les deux régiments Ces délais sont autant de jours supplémentaires permettant aux Allemands de constituer une solide ligne de défense centrée sur Montebourg. Les Américains subissent une importante contre-attaque dans la soirée du 10 juin dans le secteur du 12th Infantry Regiment, qui n’est arrêtée que grâce à l’intervention de l’artillerie terrestre et marine : les unités reçoivent alors l’ordre de s’installer en défensive en attendant que la division réarticule sa ligne de contact.

Du 12 au 14 juin, la 4th Infantry Division progresse à l’est de Montebourg, dépassant la route départementale 42 : pendant ce temps et durant les quatre jours qui suivent, les unités face à la ville doivent mener plusieurs patrouilles afin de renseigner sur le dispositif de défense de l’adversaire, sans pour autant s’engager dans la commune. L’artillerie (terrestre, aérienne et marine) se déchaîne sur Montebourg, réduisant la ville en un vaste tas de cendres.

Le 19 juin à 3 heures du matin, sans préparation d’artillerie, le général Barton lance son offensive pour s’emparer de la ville: le 8th Infantry Regiment dépasse Montebourg par l’ouest tandis que le 12th Infantry Regiment effectue également une manoeuvre de contournement par l’est. Bien ques les unités parviennent à progresser sans se laisser retarder, les pertes sont nombreuses. Les charsSherman de l’escadron B du 70th Tank Battalion passent également à l’attaque, contournent par l’ouest et prennent d’assaut les lignes allemands à revers, créant beaucoup de désordre dans les lignes adverses. Les Allemands, commandés par l’Oberstleutnant Günther Keil, reçoivent à midi l’ordre de se replier vers le nord pour éviter l’encerclement : ils sont taillés en pièce par les Américains qui ont déjà largement contourné Montebourg et qui interdisent tout repli. A 10 heures, appuyé par le 801st Tank Destroyer Battalion et le 183rd Field Artillery Battalion, le 3ème bataillon du12th Infantry Regiment est prévu d’attaquer la commune par l’ouest : il ne fait mouvement qu’à compter de 18 heures et lorsqu’il entre dans la ville, aux premières heures du 20 juin, les Allemands l’ont déjà abandonné, ne laissant derrière eux qu’un tas de ruines et près de 300 civils normands qui ont survécu dans de terribles conditions aux multiples bombardements.

A la tombée du jour, les Américains sont déjà à plus de trois kilomètres au nord-ouest de Montebourg.

Il s'agit d'un liner Capac de 43/44 aux couleurs de la 4th Infantry Division "Ivy". Ce liner aurait été retrouvé il y a quelques années dans un grenier de Montebourg en plein dans le secteur de la 4th ID. 
Il est assez jus et l'insigne n'est plus très visible mais à l'oeil nu il ressort bien. Il y a également une barre de grade de Lieutenant sur le devant dessiné au crayon à papier (chose assez courante à l'époque). 
Enfin, plusieurs laundry number (C-5934) viennent compléter le casque et j'espère réussir un jour à retrouver le propriétaire et son histoire.














Posté par Memoire1944 à 19:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Rudolf Menzel - Artillerie-Regiment 74 - 2 Panzer-Division

Cet article n'a pas pour but de mettre en avant un soldat allemand, il a seulement pour but de partager l'Histoire d'un Soldbuch et du soldat qui en était propriétaire !

Ce Soldbuch a appartenu au Stabsgefreiter Rudolf Menzel qui servira 6 ans dans la 2. Panzer-Division jusqu’à ce qu’il soit blessé en Août 1944 en Normandie. Rudolf Menzel aurait été incorporé dans le Wehrkrise IX (région de Thuringe). Il habitait au Schmidstedter Straße 9 de la ville d'Erfurt.

Les marquages dans ce Soldbuch commencèrent assez tôt dès Mars 1939. Rudolf Menzel était à ce moment-là un membre de l’équipe de l’Artillerie-Regiment 74, faisant parti de la 2. Panzer-Division. Il était médaillé de l’Erinnerungsmedaille datant du 13 Mars 1938 et de l’Erinnerungsmedaille datant du 1 Octobre 1938 pour l’annexion de l’Autriche et de la République Tchèque nous permettant de voir qu’il faisait partie de la 2. Panzer-Division quand il se déplaça en Autriche au printemps 1938.

Rudolf était toujours avec cette unité quand son régiment ira se battre en Pologne en Septembre 1939 rattaché au XVIII Panzer-Korps de la 14e armée du Général List. La division subira de lourdes pertes et sera envoyée dans le sud de la Cologne pour se reconstituer. Il participera également à l’invasion du Luxembourg, de la Belgique et de la France en 1940 (il participera à l’encerclement des forces franco-britanniques dans la poche de Dunkerque) il ira aussi se battre en Roumanie et en Grèce au début de l’année 1941. En Octobre 1941, la 2. Panzer-Division sera envoyée sur le front Est et prendra part à la bataille de Moscou au sein du XL Panzer-Korps  où il arrive dans les faubourgs de la capitale après avoir combattu à Roslav et Vyazma. Il subira la contre-offensive russe pendant l’hiver 1941-1942 et battra en retraite. Durant tout ce temps, Rudolf garda sa position dans l’Artillerie-Regiment. Il fera également partie de la Nachschubkompanie 82. L’Ostmedaille sera sa première médaille de combat. 

Les choses changèrent quand en 1942 il rejoignit l’équipe de la II. Abteilung. Il verra les actions sur le front de Rzhew, il recevra d’ailleurs la Verwundetenabzeichen Noir pour une légère blessure reçue en Août 1942 et sera médaillé en Décembre de la même année de la Eisernes Kreuz 2. Klasse. 
Au printemps 1943, la division est mise en réserve dans la région de Smolensk avant de participer en Juillet à l’opération Zitadelle au sein du XLVII Panzer-Korps du Général Model. Il participera à la bataille de Koursk mais sera stoppé rapidement par les forces russes. La division sera durement éprouvée dans une succession de batailles dans la région de Jiev et sur le Dniepr, il sera médaillé de l’Allgemeines Sturmabzeichen en Juin 1943. 

Quelques mois plus tard, la 2. Panzer-Division arriva en France et se retrouva dans la région d'Amiens pour se reconstituer puis sera mise en réserve en Aquitaine jusqu'au début juin. Suite au débarquement allié en Normandie, la division est envoyée en Normandie, rattachée au XLVII Panzer-Korps du Panzergruppe West (groupe d'armées B) où elle met une semaine pour atteindre le front. Rudolf Menzel sera ajouté à la 5. Batterie de son Pz.Art.Rgt.74 et sera équipé d’une MP40. Il a servi dans le II. Abteilung (372 hommes) et notamment dans la 5. Batterie (KStN 435 fG) composée de 112 hommes et équipés de 6x 10,5cm le.F.H.18. Rudolf était donc servant sur une pièce d'artillerie tractée et sur tracteur d'artillerie de type SDKFZ..
Subissant des pertes dans la région de Villers-Bocage, la division prit également part aux combats près de Mortain (à Saint-Barthélemy précisément) :

« Les Allemands lancent leur dernière grande offensive en Normandie, l'opération Lüttich, dans la nuit du 6 au 7 août. Inquiété par l'avancée extrêmement rapide des Américains dans le secteur de Mortain, le général von Kluge a préféré avancer la date de l'attaque, et ce malgré les ordres d'Hitler, qui souhaiterai plutôt que l'offensive soit ordonnée à compter le lendemain 8 août. Toutes les unités prévues pour l'attaque n'ont pas encore été réunies, mais déjà von Kluge ordonne le lancement de l'opération Lüttich, qui vise à couper la 1ère armée américaine en deux zones, selon une ligne reliant Mortain à Avranches. Les ravitaillements alliés ne pourraient alors plus rejoindre une partie de la 1ère armée, et toute la 3ème armée américaine.
145 chars allemands attaquent peu après minuit par un brouillard impénétrable. La 2ème S.S. Panzer division "Das Reich" fonce vers Avranches. Les Américains décident d'engager des éléments de la 4ème division d'infanterie ainsi que le Combat Command B de la 3ème division blindée pour renforcer la 30ème D.I. pour contrer l'attaque, Les chars Sherman des forces américaines ne feront pas le poids face aux chars Tigre, mais l'offensive allemande doit être à tout prix brisée ou ralentie.
L'aviation alliée ne peut pas intervenir dès l'aube à cause d'un important brouillard mais vers midi, celui-ci se dissipe. Ainsi, la chasse américaine s'envole attaquer les colonnes de Panzer. Le décollage des chasseurs-bombardiers américains marque la fin de l'opération Lüttich, car avant même que les chars Tigre établissent le contact avec la 3ème division blindée, l'aviation a entièrement stoppé la progression allemande et près de soixante chars sont détruits. Von Kluge reçoit un message d'Hitler qui lui indique que son Führer est extrêmement déçu de ce résultat et qu'il ne comprend pas pourquoi il n'a pas attendu 24 heures de plus avant de lancer Lüttich. Mais les renforts qui sont arrivés le 7 août en début d'après-midi sont mis de côté pour une nouvelle attaque qui doit débuter le lendemain au même endroit.
 »

La Panzer-Artillerie-Regiment 74 avait 12 SdKfz 124 Wespe, 6 Hummel SdKfz 16', ainsi que 26 pièces d’artillerie à ce moment-là. 
Rudolf sera sévèrement blessé au combat par une pièce de shrapnell dans le cou et sera hospitalisé au Kriegslazarett 2/680 le 8 Août 1944. Il a été blessé un jour avant, le 7 Août 1944, durant les premières heures de l’Opération Luttich dans laquelle la 2 Panzer-Division contre-attaqua les forces américaines et notamment des éléments du 117th Infantry Regiment de la 30th Infantry Division près de Mortain à Belle-Fontaine. 
Rudolf Menzel sera évacué et restera à l’hôpital après la fin de la guerre car sa carotide a été sérieusement endommagée à cause de cette blessure. Il ressortira en Août 1945. 

Quelques photos de ce document :



















Voici deux photos d'une section Pak tractée par SDKFZ (à remarquer le trident peint identifiant la 2. Panzer-Division).

13 avril 2016

Gerald Earl Kenney - 2 Reproduction Section - 3rd Field Survey Company - Royal Canadian Engineers

Gerald Earl Kenney, né en 1923, est le fils de Frederick et Alice Kenney. Il s’engage dans l’armée canadienne en 1941 sous le matriculeG/51212 alors seulement âgé de 18 ans. Le Sapper Kenney arrivera en Angleterre en 1942 et fera parti de la 2 Reproduction Section - 3rd Field Survey Company - Royal Canadian Engineers

Pour sa bravoure durant des actions en Normandie il recevra des mains du Field Marshal Montgomery alors Commandant en Chef du 21st Army Group un certificat le 31 Juillet 1944, seulement 9 jours avant qu’il ne trouve la mort au combat.

Gerald Earl Kenney est tué en Normandie le 9 Août 1944 à l’âge de 21 ans alors qu’il se trouvait sur le terrain, il recevra des blessures à la tête suite à des combats.

Fournir des cartes, réparer et construire des routes, des pistes d’atterrissage, déminer, enlever les obstacles qui bloquent les routes, remblayer les cratères laissés par les bombes et les tranchées anti-chars, construire les bâtiments pour le QG, les baraquements et les hôpitaux, toutes ces tâches et d’autres encore sont la responsabilité du Corps royal du génie de l’Armée canadienne (Corps of Royal Canadian Engineers ou RCE). Sa principale fonction est donc de permettre à l’armée d’avancer dans les conditions de la guerre de mouvement, qui étaient celles qui s’imposaient à l’Armée canadienne en Europe entre 1943 et 1945. Les soldats du génie devaient travailler au côté des troupes combattantes, sur le front, sous le feu ennemi, pour ouvrir les routes qu’emprunteraient les chars et l’infanterie pour poursuivre leur avance. Plus tôt dans la guerre, lorsqu’en Grande-Bretagne on en était encore à la phase de défense statique, les soldats canadiens du génie avaient construit des ouvrages défensifs (obstacles sur les plages, blockhaus, tranchées antichars) et posé des mines. Ils travaillaient aussi à l’amélioration du système routier de la Grande-Bretagne pour faciliter la circulation militaire; ils avaient construit des bases pour l’armée et l’aviation, et même l’aile canadienne de l’hôpital Queen Elizabeth à East Grinstead.

Gerald repose désormais au Cimetière Militaire Canadien de Beny-Sur-Mer

06 avril 2016

Earl L Peters - 393rd Fighter Squadron - 367th Fighter Group

Earl L Peters est né en 1922 à San Diego en Californie. Il décide de s'engager dans l'armée le 3 Juin 1942 alors âgé de 20 ans sous le matricule 19103273. Il rejoindra l'US Army Air Force avant de passer Second Lieutnant et d'avoir le matricule 0-756530. Il intégrera le 393rd Fighter Squadron - 367th Fighter Group avant d'être tué au combat le 17 Juin 1944.

Le lot de lettres a été envoyé par Earl à son frère durant l'année 1943 :

La mission du 17 Juin 1944
Le 17 Juin 1944, deux squadrons du 367ème FG, composés de 12 P-38 du 393ème FS et 17 P-38 du 392ème FS, participent à une mission ayant pour objectif l'attaque d'une gare de triage d'Epernon.

L'attaque allemande
Vers 14H30, le 393ème FS, volant à 1000 mètres d'altitude, est surpris dans le secteur Dreux-Evreux par 8 Me-109 qui effectuent une première passe très rapide avant de disparaître dans la couche de nuages. Les P-38 américains très surpris n'ont pas le temps de se débarrasser de leurs bombes avant la fin de la première attaque. Même après avoir largué leurs bombes, les pilotes américains (dont plusieurs sont des remplaçants peu expérimentés) ont du mal à se regrouper.
Apparemment plus expérimentés et agressifs, les Allemands répètent leur attaque et s'en suit une mêlée confuse. Le leader du 393ème FS, le Capitaine GRIFFIN poursuit un Me-109, en rase-motte, au niveau des arbres. L'allemand est en perte de vitesse et s'écrase.

Le P-38 J (N°42-68060) piloté par le Lt Earl L PETERS (matricule: O-756683) abat également un autre Me-109. Toutefois, ce dernier ne vivra pas assez longtemps pour savourer sa victoire puisqu'il est lui-même abattu par un autre Me-109, quelques secondes plus tard. Son appareil s'écrasa entre Brezolles et Chateauneuf-en-Thymerais et le pilote trouva la mort.

Pour finir, le P-38 (Nr 42-104079) piloté par le Lieutenant George S. WHITE (matricule 0-756530) s'écrase en flammes lors du même combat, près de Nonancourt. Le pilote âgé de 22 ans périt dans l'appareil qu'il pilotait exceptionnellement puisque ce dernier était la mouture habituelle d'un autre pilote, EARL ODY. Le P-38 crashé portait le nom de " Lucky" alors que l'appareil attitré au Lt WHITE portait le surnom de "Mickey Fine" (le surnom donné à son épouse était "Mickey".

La version allemande
Les archives allemandes confirment les circonstances de cet important combat aérien entre Dreux, Nonancourt et Chateauneuf-en-Thimerais.
En effet, le 17 Juin 1944, à 14H30, les Me-109 du III./JG3 basés à Marcilly-la-Campagne et Francheville (entre Nonancourt et Evreux) décollèrent pour une mission de chasse libre vers Carentan et Isigny.
Peu après leur décollage, les Me-109 du 7./JG3 affrontèrent des "deux queux" revendiquant trois victoires entre 14H35 et 14H40: l'Uffz Georg KÜPP (au Sud de Laons/Dreux), le Gehr. Paul WATZLAWIK (à 5 Km au Sud de Damville) et le Fw. Nobert GEYER (au Nord de Brezolles) obtinrent chacun une victoire.
De leur coté, deux pertes furent signalées dont le Hptm. Ulrich BENSCH qui ctrouva la mort en tentant de poser son Bf-109 G6 (Code "Chevron 1", N° de série: 4114408) vers Châteauneuf-en-Thymerais.
A noter que le Fw. Nobert GEYER trouvera à son tour la mort le 02 juillet suivant en Allemagne avec un palmarès de 7 victoires.


Endroit du crash de l'avion


Tombes provisoires des pilotes américains

Earl Peters repose désormais au cimetière américain de Colleville-Sur-Mer :

(Photo prise sur sa tombe en Mai 2016)

15 mai 2015

James P O'Dwyer - 17th Armored Engineer Battalion - 2nd Armored Division

James P O'Dwyer est né le 7 Avril 1918 à Sugar Creek dans l'Indiana d'Andrew et Theresa O'Dwyer. Il a eu deux soeurs Theresa et Catherine ainsi que deux frères Thomas et John. Il s'est enrôlé dans l'armée américaine le 9 Février 1942 à l'âge de 24 ans sous le matricule 35257292. Il servira tout au long de la guerre au sein de la Company E - 17th Armored Engineer Battalion - 2nd Armored Division. James participa à de nombreuses campagnes que ce soit en Afrique du Nord, en Sicile, en Normandie ou encore en Allemagne.

La 2nd Armored Division "Hell On Wheels" fut créée le 15 Juillet 1940 à Fort Benning. Durant les années 1941 et 1942, elle compléta sa formation et son entraînement. Le 10 Juillet 1943, le Combat Command A de la 2nd Armored débarqua en Sicile à Licata afin de renforcer la 3rd Infantry Division et protéger le flanc gauche de la tête de pont US.
Après de durs combats initiaux, les Américains pénètrent à l'intérieur des terres en Sicile occidentale, où ils rencontrent une résistance moindre. Le Général Patton organisa un groupe de combat comprenant la 2nd Armored Division, la 3rd Infantry Division et la 82nd Airborne Division et en donna le commandement à Geoffrey Keyes. Le but de cette Task Force était de capturer Palerme. Après la campagne de Sicile, le personnel de la 2nd Armored Division sera renvoyé en Angleterre pour un repos bien mérité et effectuer quelques remplacements. La 2nd Armored y restera plusieurs mois pour participer aux préparatifs du débarquement de Normandie.

Le 9 Juin 1944, accompagné d'autres bataillons, le 17th Engineer Batallion débarqua à Omaha Beach. Leur rôle était de nettoyer les voies de passage pour les péniches de débarquement en détruisant les structures en acier sur lesquels se trouvait des mines.
Le 17th Engineer Batallion, comme une grande partie de la 2nd Armored Division, portera de nouveaux uniformes camouflés durant toute la campagne normande. 

D'Omaha Beach, le bataillon poussa à travers la péninsule de Cherbourg en passant par Pont-Hébert le 25 Juillet 1944, Percy, Barenton, Brezolles et Beauvais le 31 Août 1944.

Après la campagne de Normandie, la 2nd Armored continua à supporter l'avance des divisions d'infanterie vers l'Allemagne, au travers du Nord de la France ...

Ce grouping est composé de 8 lettres :
- 1 lettre datant de Mai 1943 écrite en Afrique du Nord quelques jours avant que l'Afrika Korps ne se rende
- 2 V-Mail écris en Sicile en Septembre 1943
- 1 V-Mail écris en Angleterre en Janvier 1944
- 1 lettre écrite en Angleterre en Mai 1944 quelques mois avant le D-Day
- 2 lettres écrite sur le front de Normandie le 2 Juillet 1944 alors qu'il se trouvait à Saint-Paul-du-Vernay entre Bayeux et Saint-Lô
- 1 lettre écrite le 25 Juin 1945 en Allemagne

James P O'Dwyer est décédé le 22 Décembre 1990 dans l'Indiana à l'âge de 72 ans.