Never Forget These Heroes

02 mai 2016

Liner 4th Infantry Division

Dès le 7 juin 1944, les soldats américains installés à hauteur de Sainte-Mère-Eglise reçoivent l’ordre de progresser le long de la route nationale 13 en direction de Montebourg, important carrefour routier et l’un des derniers verrous avant Valognes et Cherbourg. Mais les Allemands, appartenant dans ce secteur au Grenadier-Regiment 1058 (91. Infanterie-Division), Grenadier-Regiment 729 (709. Infanterie-Division), sont solidement installés en défensive.

Le 10 juin, le 12th Infantry Regiment (4th Infantry Division) commandé par le colonel Russell P. Reeder, Jr a atteint les hauteurs situées à l’est de Montebourg. Mais sur son flanc gauche, à l’ouest de la route nationale 13, le 8th Infantry Regiment (4th Infantry Division) commandé par le colonelJames A. Van Fleet est toujours à environ 1 000 mètres au sud, l’action de freinage de leurs adversaires ayant infligé du retard et de lourdes pertes aux assaillants. Le général Raymond O. Barton, commandant la division, cherche dans un premier temps à aligner les deux régiments Ces délais sont autant de jours supplémentaires permettant aux Allemands de constituer une solide ligne de défense centrée sur Montebourg. Les Américains subissent une importante contre-attaque dans la soirée du 10 juin dans le secteur du 12th Infantry Regiment, qui n’est arrêtée que grâce à l’intervention de l’artillerie terrestre et marine : les unités reçoivent alors l’ordre de s’installer en défensive en attendant que la division réarticule sa ligne de contact.

Du 12 au 14 juin, la 4th Infantry Division progresse à l’est de Montebourg, dépassant la route départementale 42 : pendant ce temps et durant les quatre jours qui suivent, les unités face à la ville doivent mener plusieurs patrouilles afin de renseigner sur le dispositif de défense de l’adversaire, sans pour autant s’engager dans la commune. L’artillerie (terrestre, aérienne et marine) se déchaîne sur Montebourg, réduisant la ville en un vaste tas de cendres.

Le 19 juin à 3 heures du matin, sans préparation d’artillerie, le général Barton lance son offensive pour s’emparer de la ville: le 8th Infantry Regiment dépasse Montebourg par l’ouest tandis que le 12th Infantry Regiment effectue également une manoeuvre de contournement par l’est. Bien ques les unités parviennent à progresser sans se laisser retarder, les pertes sont nombreuses. Les charsSherman de l’escadron B du 70th Tank Battalion passent également à l’attaque, contournent par l’ouest et prennent d’assaut les lignes allemands à revers, créant beaucoup de désordre dans les lignes adverses. Les Allemands, commandés par l’Oberstleutnant Günther Keil, reçoivent à midi l’ordre de se replier vers le nord pour éviter l’encerclement : ils sont taillés en pièce par les Américains qui ont déjà largement contourné Montebourg et qui interdisent tout repli. A 10 heures, appuyé par le 801st Tank Destroyer Battalion et le 183rd Field Artillery Battalion, le 3ème bataillon du12th Infantry Regiment est prévu d’attaquer la commune par l’ouest : il ne fait mouvement qu’à compter de 18 heures et lorsqu’il entre dans la ville, aux premières heures du 20 juin, les Allemands l’ont déjà abandonné, ne laissant derrière eux qu’un tas de ruines et près de 300 civils normands qui ont survécu dans de terribles conditions aux multiples bombardements.

A la tombée du jour, les Américains sont déjà à plus de trois kilomètres au nord-ouest de Montebourg.

Il s'agit d'un liner Capac de 43/44 aux couleurs de la 4th Infantry Division "Ivy". Ce liner aurait été retrouvé il y a quelques années dans un grenier de Montebourg en plein dans le secteur de la 4th ID. 
Il est assez jus et l'insigne n'est plus très visible mais à l'oeil nu il ressort bien. Il y a également une barre de grade de Lieutenant sur le devant dessiné au crayon à papier (chose assez courante à l'époque). 
Enfin, plusieurs laundry number (C-5934) viennent compléter le casque et j'espère réussir un jour à retrouver le propriétaire et son histoire.














Posté par Memoire1944 à 19:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Rudolf Menzel - Artillerie-Regiment 74 - 2 Panzer-Division

Cet article n'a pas pour but de mettre en avant un soldat allemand, il a seulement pour but de partager l'Histoire d'un Soldbuch et du soldat qui en était propriétaire !

Ce Soldbuch a appartenu au Stabsgefreiter Rudolf Menzel qui servira 6 ans dans la 2. Panzer-Division jusqu’à ce qu’il soit blessé en Août 1944 en Normandie.

Les marquages dans ce Soldbuch commencèrent assez tôt dès Mars 1939. Rudolf Menzel était à ce moment-là un membre de l’équipe de l’Artillerie-Regiment 74, faisant parti de la 2. Panzer-Division. Il était médaillé de l’Erinnerungsmedaille datant du 13 Mars 1938 et de l’Erinnerungsmedaille datant du 1 Octobre 1938 pour l’annexion de l’Autriche et de la République Tchèque nous permettant de voir qu’il faisait partie de la 2. Panzer-Division quand il se déplaça en Autriche au printemps 1938.

Rudolf était toujours avec cette unité quand son régiment ira se battre en Pologne en Septembre 1939 rattaché au XVIII Panzer-Korps de la 14e armée du Général List. La division subira de lourdes pertes et sera envoyée dans le sud de la Cologne pour se reconstituer. Il participera également à l’invasion du Luxembourg, de la Belgique et de la France en 1940 (il participera à l’encerclement des forces franco-britanniques dans la poche de Dunkerque) il ira aussi se battre en Roumanie et en Grèce au début de l’année 1941. En Octobre 1941, la 2. Panzer-Division sera envoyée sur le front Est et prendra part à la bataille de Moscou au sein du XL Panzer-Korps  où il arrive dans les faubourgs de la capitale après avoir combattu à Roslav et Vyazma. Il subira la contre-offensive russe pendant l’hiver 1941-1942 et battra en retraite. Durant tout ce temps, Rudolf garda sa position dans l’Artillerie-Regiment. Il fera également partie de la Nachschubkompanie 82. L’Ostmedaille sera sa première médaille de combat. 

Les choses changèrent quand en 1942 il rejoignit l’équipe de la II. Abteilung. Il verra les actions sur le front de Rzhew, il recevra d’ailleurs la Verwundetenabzeichen Noir pour une légère blessure reçue en Août 1942 et sera médaillé en Décembre de la même année de la Eisernes Kreuz 2. Klasse. 
Au printemps 1943, la division est mise en réserve dans la région de Smolensk avant de participer en Juillet à l’opération Zitadelle au sein du XLVII Panzer-Korps du Général Model. Il participera à la bataille de Koursk mais sera stoppé rapidement par les forces russes. La division sera durement éprouvée dans une succession de batailles dans la région de Jiev et sur le Dniepr, il sera médaillé de l’Allgemeines Sturmabzeichen en Juin 1943. 

Quelques mois plus tard, la 2. Panzer-Division arriva en France et se retrouva dans la région d'Amiens pour se reconstituer puis sera mise en réserve en Aquitaine jusqu'au début juin. Suite au débarquement allié en Normandie, la division est envoyée en Normandie, rattachée au XLVII Panzer-Korps du Panzergruppe West (groupe d'armées B) où elle met une semaine pour atteindre le front. Rudolf Menzel sera ajouté à la 5. Batterie de son Pz.Art.Rgt.74 et sera équipé d’une MP40
Subissant des pertes dans la région de Villers-Bocage, la division prit également part aux combats près de Mortain (à Saint-Barthélemy précisément) :

« Les Allemands lancent leur dernière grande offensive en Normandie, l'opération Lüttich, dans la nuit du 6 au 7 août. Inquiété par l'avancée extrêmement rapide des Américains dans le secteur de Mortain, le général von Kluge a préféré avancer la date de l'attaque, et ce malgré les ordres d'Hitler, qui souhaiterai plutôt que l'offensive soit ordonnée à compter le lendemain 8 août. Toutes les unités prévues pour l'attaque n'ont pas encore été réunies, mais déjà von Kluge ordonne le lancement de l'opération Lüttich, qui vise à couper la 1ère armée américaine en deux zones, selon une ligne reliant Mortain à Avranches. Les ravitaillements alliés ne pourraient alors plus rejoindre une partie de la 1ère armée, et toute la 3ème armée américaine.
145 chars allemands attaquent peu après minuit par un brouillard impénétrable. La 2ème S.S. Panzer division "Das Reich" fonce vers Avranches. Les Américains décident d'engager des éléments de la 4ème division d'infanterie ainsi que le Combat Command B de la 3ème division blindée pour renforcer la 30ème D.I. pour contrer l'attaque, Les chars Sherman des forces américaines ne feront pas le poids face aux chars Tigre, mais l'offensive allemande doit être à tout prix brisée ou ralentie.
L'aviation alliée ne peut pas intervenir dès l'aube à cause d'un important brouillard mais vers midi, celui-ci se dissipe. Ainsi, la chasse américaine s'envole attaquer les colonnes de Panzer. Le décollage des chasseurs-bombardiers américains marque la fin de l'opération Lüttich, car avant même que les chars Tigre établissent le contact avec la 3ème division blindée, l'aviation a entièrement stoppé la progression allemande et près de soixante chars sont détruits. Von Kluge reçoit un message d'Hitler qui lui indique que son Führer est extrêmement déçu de ce résultat et qu'il ne comprend pas pourquoi il n'a pas attendu 24 heures de plus avant de lancer Lüttich. Mais les renforts qui sont arrivés le 7 août en début d'après-midi sont mis de côté pour une nouvelle attaque qui doit débuter le lendemain au même endroit.
 »

La Panzer-Artillerie-Regiment 74 avait 12 SdKfz 124 Wespe, 6 Hummel SdKfz 16', ainsi que 26 pièces d’artillerie à ce moment-là. 
Rudolf sera sévèrement blessé au combat par une pièce de shrapnell dans le cou et sera hospitalisé au Kriegslazarett 2/680 le 8 Août 1944. Il a été blessé un jour avant, le 7 Août 1944, durant les premières heures de l’Opération Luttich dans laquelle la 2 Panzer-Division contre-attaqua les forces américaines et notamment des éléments du 117th Infantry Regiment de la 30th Infantry Division près de Mortain à Belle-Fontaine. 
Rudolf Menzel sera évacué et restera à l’hôpital après la fin de la guerre car sa carotide a été sérieusement endommagée à cause de cette blessure. Il ressortira en Août 1945. 

Quelques photos de ce document :



















Voici deux photos d'une section Pak tractée par SDKFZ (à remarquer le trident peint identifiant la 2. Panzer-Division).

13 avril 2016

Gerald Earl Kenney - 2 Reproduction Section - 3rd Field Survey Company - Royal Canadian Engineers

Gerald Earl Kenney, né en 1923, est le fils de Frederick et Alice Kenney. Il s’engage dans l’armée canadienne en 1941 sous le matriculeG/51212 alors seulement âgé de 18 ans. Le Sapper Kenney arrivera en Angleterre en 1942 et fera parti de la 2 Reproduction Section - 3rd Field Survey Company - Royal Canadian Engineers

Pour sa bravoure durant des actions en Normandie il recevra des mains du Field Marshal Montgomery alors Commandant en Chef du 21st Army Group un certificat le 31 Juillet 1944, seulement 9 jours avant qu’il ne trouve la mort au combat.

Gerald Earl Kenney est tué en Normandie le 9 Août 1944 à l’âge de 21 ans alors qu’il se trouvait sur le terrain, il recevra des blessures à la tête suite à des combats.

Fournir des cartes, réparer et construire des routes, des pistes d’atterrissage, déminer, enlever les obstacles qui bloquent les routes, remblayer les cratères laissés par les bombes et les tranchées anti-chars, construire les bâtiments pour le QG, les baraquements et les hôpitaux, toutes ces tâches et d’autres encore sont la responsabilité du Corps royal du génie de l’Armée canadienne (Corps of Royal Canadian Engineers ou RCE). Sa principale fonction est donc de permettre à l’armée d’avancer dans les conditions de la guerre de mouvement, qui étaient celles qui s’imposaient à l’Armée canadienne en Europe entre 1943 et 1945. Les soldats du génie devaient travailler au côté des troupes combattantes, sur le front, sous le feu ennemi, pour ouvrir les routes qu’emprunteraient les chars et l’infanterie pour poursuivre leur avance. Plus tôt dans la guerre, lorsqu’en Grande-Bretagne on en était encore à la phase de défense statique, les soldats canadiens du génie avaient construit des ouvrages défensifs (obstacles sur les plages, blockhaus, tranchées antichars) et posé des mines. Ils travaillaient aussi à l’amélioration du système routier de la Grande-Bretagne pour faciliter la circulation militaire; ils avaient construit des bases pour l’armée et l’aviation, et même l’aile canadienne de l’hôpital Queen Elizabeth à East Grinstead.

Gerald repose désormais au Cimetière Militaire Canadien de Beny-Sur-Mer

06 avril 2016

Earl L Peters - 393rd Fighter Squadron - 367th Fighter Group

Earl L Peters est né en 1922 à San Diego en Californie. Il décide de s'engager dans l'armée le 3 Juin 1942 alors âgé de 20 ans sous le matricule 19103273. Il rejoindra l'US Army Air Force avant de passer Second Lieutnant et d'avoir le matricule 0-756530. Il intégrera le 393rd Fighter Squadron - 367th Fighter Group avant d'être tué au combat le 17 Juin 1944.

Le lot de lettres a été envoyé par Earl à son frère durant l'année 1943 :

La mission du 17 Juin 1944
Le 17 Juin 1944, deux squadrons du 367ème FG, composés de 12 P-38 du 393ème FS et 17 P-38 du 392ème FS, participent à une mission ayant pour objectif l'attaque d'une gare de triage d'Epernon.

L'attaque allemande
Vers 14H30, le 393ème FS, volant à 1000 mètres d'altitude, est surpris dans le secteur Dreux-Evreux par 8 Me-109 qui effectuent une première passe très rapide avant de disparaître dans la couche de nuages. Les P-38 américains très surpris n'ont pas le temps de se débarrasser de leurs bombes avant la fin de la première attaque. Même après avoir largué leurs bombes, les pilotes américains (dont plusieurs sont des remplaçants peu expérimentés) ont du mal à se regrouper.
Apparemment plus expérimentés et agressifs, les Allemands répètent leur attaque et s'en suit une mêlée confuse. Le leader du 393ème FS, le Capitaine GRIFFIN poursuit un Me-109, en rase-motte, au niveau des arbres. L'allemand est en perte de vitesse et s'écrase.

Le P-38 J (N°42-68060) piloté par le Lt Earl L PETERS (matricule: O-756683) abat également un autre Me-109. Toutefois, ce dernier ne vivra pas assez longtemps pour savourer sa victoire puisqu'il est lui-même abattu par un autre Me-109, quelques secondes plus tard. Son appareil s'écrasa entre Brezolles et Chateauneuf-en-Thymerais et le pilote trouva la mort.

Pour finir, le P-38 (Nr 42-104079) piloté par le Lieutenant George S. WHITE (matricule 0-756530) s'écrase en flammes lors du même combat, près de Nonancourt. Le pilote âgé de 22 ans périt dans l'appareil qu'il pilotait exceptionnellement puisque ce dernier était la mouture habituelle d'un autre pilote, EARL ODY. Le P-38 crashé portait le nom de " Lucky" alors que l'appareil attitré au Lt WHITE portait le surnom de "Mickey Fine" (le surnom donné à son épouse était "Mickey".

La version allemande
Les archives allemandes confirment les circonstances de cet important combat aérien entre Dreux, Nonancourt et Chateauneuf-en-Thimerais.
En effet, le 17 Juin 1944, à 14H30, les Me-109 du III./JG3 basés à Marcilly-la-Campagne et Francheville (entre Nonancourt et Evreux) décollèrent pour une mission de chasse libre vers Carentan et Isigny.
Peu après leur décollage, les Me-109 du 7./JG3 affrontèrent des "deux queux" revendiquant trois victoires entre 14H35 et 14H40: l'Uffz Georg KÜPP (au Sud de Laons/Dreux), le Gehr. Paul WATZLAWIK (à 5 Km au Sud de Damville) et le Fw. Nobert GEYER (au Nord de Brezolles) obtinrent chacun une victoire.
De leur coté, deux pertes furent signalées dont le Hptm. Ulrich BENSCH qui ctrouva la mort en tentant de poser son Bf-109 G6 (Code "Chevron 1", N° de série: 4114408) vers Châteauneuf-en-Thymerais.
A noter que le Fw. Nobert GEYER trouvera à son tour la mort le 02 juillet suivant en Allemagne avec un palmarès de 7 victoires.


Endroit du crash de l'avion


Tombes provisoires des pilotes américains

Earl Peters repose désormais au cimetière américain de Colleville-Sur-Mer :

(Photo prise sur sa tombe en Mai 2016)

15 mai 2015

James P O'Dwyer - 17th Armored Engineer Battalion - 2nd Armored Division

James P O'Dwyer est né le 7 Avril 1918 à Sugar Creek dans l'Indiana d'Andrew et Theresa O'Dwyer. Il a eu deux soeurs Theresa et Catherine ainsi que deux frères Thomas et John. Il s'est enrôlé dans l'armée américaine le 9 Février 1942 à l'âge de 24 ans sous le matricule 35257292. Il servira tout au long de la guerre au sein de la Company E - 17th Armored Engineer Battalion - 2nd Armored Division. James participa à de nombreuses campagnes que ce soit en Afrique du Nord, en Sicile, en Normandie ou encore en Allemagne.

La 2nd Armored Division "Hell On Wheels" fut créée le 15 Juillet 1940 à Fort Benning. Durant les années 1941 et 1942, elle compléta sa formation et son entraînement. Le 10 Juillet 1943, le Combat Command A de la 2nd Armored débarqua en Sicile à Licata afin de renforcer la 3rd Infantry Division et protéger le flanc gauche de la tête de pont US.
Après de durs combats initiaux, les Américains pénètrent à l'intérieur des terres en Sicile occidentale, où ils rencontrent une résistance moindre. Le Général Patton organisa un groupe de combat comprenant la 2nd Armored Division, la 3rd Infantry Division et la 82nd Airborne Division et en donna le commandement à Geoffrey Keyes. Le but de cette Task Force était de capturer Palerme. Après la campagne de Sicile, le personnel de la 2nd Armored Division sera renvoyé en Angleterre pour un repos bien mérité et effectuer quelques remplacements. La 2nd Armored y restera plusieurs mois pour participer aux préparatifs du débarquement de Normandie.

Le 9 Juin 1944, accompagné d'autres bataillons, le 17th Engineer Batallion débarqua à Omaha Beach. Leur rôle était de nettoyer les voies de passage pour les péniches de débarquement en détruisant les structures en acier sur lesquels se trouvait des mines.
Le 17th Engineer Batallion, comme une grande partie de la 2nd Armored Division, portera de nouveaux uniformes camouflés durant toute la campagne normande. 

D'Omaha Beach, le bataillon poussa à travers la péninsule de Cherbourg en passant par Pont-Hébert le 25 Juillet 1944, Percy, Barenton, Brezolles et Beauvais le 31 Août 1944.

Après la campagne de Normandie, la 2nd Armored continua à supporter l'avance des divisions d'infanterie vers l'Allemagne, au travers du Nord de la France ...

Ce grouping est composé de 8 lettres :
- 1 lettre datant de Mai 1943 écrite en Afrique du Nord quelques jours avant que l'Afrika Korps ne se rende
- 2 V-Mail écris en Sicile en Septembre 1943
- 1 V-Mail écris en Angleterre en Janvier 1944
- 1 lettre écrite en Angleterre en Mai 1944 quelques mois avant le D-Day
- 2 lettres écrite sur le front de Normandie le 2 Juillet 1944 alors qu'il se trouvait à Saint-Paul-du-Vernay entre Bayeux et Saint-Lô
- 1 lettre écrite le 25 Juin 1945 en Allemagne

James P O'Dwyer est décédé le 22 Décembre 1990 dans l'Indiana à l'âge de 72 ans.


19 avril 2015

Walter Ehlers - 18th Infantry Regiment - 1st Infantry Division

(Dédicace originale de Walter D Ehlers)

Walter David Ehlers est né le 7 Mai 1921 à Junction City dans l’état du Kansas.

Il a rejoint l'armée américaine en Octobre 1940 sous le matricule 17002449. Lui et son frère aîné Roland ont servi dans la même unité, à savoir la 1st Infantry Division et ont  participé côte à côte dans les campagnes d'Afrique du Nord et la Sicile. Au printemps de l’année 1944, ils ont tous les deux été formés en Angleterre avec le 18th Infantry Regiment pour l'invasion alliée de la France. Tous deux ont été assignés à la Company K. Juste avant le D-Day, Walter sera transféré à la Company L, promu au rang de Sergeant, il deviendra squad leader. A partir de ce moment, les deux frères ne combattront plus jamais ensemble.

Le 6 Juin 1944, lors du D-Day, Walter était un Staff Sergeant et chef d'équipe dans le 18th Infantry Regiment de la 1st Infantry Division. Son équipe, qui faisait partie de la deuxième vague d’assaut lors de l'invasion, attendait au large des plages dans une péniche de débarquement tandis que la première vague était en train de débarquer. Après avoir débarqué sur Omaha Beach, les combats sur le sol normand commencèrent. 

Le 9 Juin 1944, Walter se trouvait près du village de Goville, à 13 km à l'intérieur des terres. Ce jour-là, il dirigea l'attaque de son unité contre les forces allemandes et vaincus à lui seul plusieurs nids de mitrailleuses ennemis. Le lendemain, le peloton est venu sous un feu nourri. Walter Ehlers était blessé mais réussira à couvrir le retrait du peloton et ce en allant mettre en sécurité un de ses camarades malgré le feu intense  de l'ennemi et alla récupérer son fusil automatique. Après le traitement de ses blessures, Walter refusa d'être évacué et a continua à diriger son équipe. Pour ses actions, il a reçu la Medal Of Honor six mois plus tard, le 19 Décembre, 1944.

Voici ce que dit sa citation : “S/Sgt. Ehlers, always acting as the spearhead of the attack, repeatedly led his men against heavily defended enemy strong points exposing himself to deadly hostile fire whenever the situation required heroic and courageous leadership. Without waiting for an order, S/Sgt. Ehlers, far ahead of his men, led his squad against a strongly defended enemy strong point, personally killing 4 of an enemy patrol who attacked him en route. Then crawling forward under withering machinegun fire, he pounced upon the guncrew and put it out of action. Turning his attention to 2 mortars protected by the crossfire of 2 machineguns, S/Sgt. Ehlers led his men through this hail of bullets to kill or put to flight the enemy of the mortar section, killing 3 men himself. After mopping up the mortar positions, he again advanced on a machinegun, his progress effectively covered by his squad. When he was almost on top of the gun he leaped to his feet and, although greatly outnumbered, he knocked out the position single-handed. The next day, having advanced deep into enemy territory, the platoon of which S/Sgt. Ehlers was a member, finding itself in an untenable position as the enemy brought increased mortar, machinegun, and small arms fire to bear on it, was ordered to withdraw. S/Sgt. Ehlers, after his squad had covered the withdrawal of the remainder of the platoon, stood up and by continuous fire at the semicircle of enemy placements, diverted the bulk of the heavy hostile fire on himself, thus permitting the members of his own squad to withdraw. At this point, though wounded himself, he carried his wounded automatic rifleman to safety and then returned fearlessly over the shell-swept field to retrieve the automatic rifle which he was unable to carry previously. After having his wound treated, he refused to be evacuated, and returned to lead his squad. The intrepid leadership, indomitable courage, and fearless aggressiveness displayed by S/Sgt. Ehlers in the face of overwhelming enemy forces serve as an inspiration to others.

Le 14 Juillet, plus d'un mois après le jour J, Walter appris que son frère Roland était mort à Omaha Beach alors qu’il était en train de descendre de sa péniche de débarquement qui fut frappée au même moment par un obus de mortier.

Après la guerre, Walter Ehlers apparaitra dans le film datant de 1955 : The Long Gray Line, mettant en vedette Tyrone Power. Il continua à travailler pour l'Administration des anciens combattants et comme garde de sécurité à Disneyland, en Californie.

Walter Ehlers est mort à l’âge de 92 ans le 20 Février  2014 à Long Beach, en Californie. Il repose désormais au cimetière national Riverside en Californie.

18 avril 2015

Haversack M-1910 - 4th Infantry Division

Cet haversack M-1910 a été retrouvé dans une ferme normande (près du village de Digosville) en 2009. 
D'après le propriétaire de la ferme, ce sac provenait d'un soldat qui a été blessé dans la cours de sa ferme durant un combat au moment de la libération du village entre le 25 et le 26 Juin 1944. Ce village a été libéré par le 2nd Battalion du 22th Infantry Regiment de la 4th Infantry Division. Le soldat aurait été emmené vivant avec plusieurs de ses camarades dans une des granges d'après le souvenir du fermier où ils auraient laissé du matériel. 
On retrouve un nom sur le haversack "R.H Miller" ainsi que plusieurs taches de sang qui confirmeraient les dires du témoin de l'époque.









Nous pouvons décrire le parcours du soldat jusqu'à sa blessure :

- Le 6 Juin 1944, la force alliée débarqua sur les côtes françaises. Le 22nd Infantry Regiment débarqua sur Utah Beach à H+76 minutes. Le 2nd Battalion débarqua dans des LCVP sur Uncle Red. Ils traversèrent la plage ainsi que les zones inondées avec pour mission d'attaquer vers le Nord-Ouest et réduire des points forts à Crisbecq et Azeville, puis sécuriser l'Ouest et le Sud-Ouest de Quineville.
- Au matin du 7 Juin, le régiment continua les attaques. Le 2/22nd IR avança et lança une attaque sur les points forts du Nord-Est d'Azeville. Plus tard dans l'après-midi, le 1st et 2nd Battalion ont reçu une autre contre-attaque à 00:40 et repoussèrent cette action sans subir de dommages ni de pertes.
- Le 8 Juin, le 1st et 2nd Battalion attaquèrent un point fort au Nord d'Azeville et Crisbecq mais sans succès.
- Le 9 Juin, un détachement spécial commandé par le Brigadier General Barber est formé pour attaquer Azeville et les points forts au Nord-Est d'Azeville. L'attaque commença aux alentours de 18:00 mais ils tombèrent rapidement sur de fortes défenses allemande.
- Le 10 Juin, le 2/22nd IR contenait l'ennemi à Chau de Fontenay.
- Le 11 Juin, le 2nd et 3rd Battalion préparèrent l'assaut sur le point fort d'Ozeville tout en contenant l'ennemi à Chau de Fontenay.
- Le 13 Juin, le 2/22nd IR commença un large mouvement sur le flanc du 12th IR pour attaquer l'Ouest de Quineville et rencontra une forte résistance allemande toute la journée. Ils libérèrent finalement l'Ouest de Quineville le 14 Juin et organisèrent sa position de défense.
- Sur la période du 15 au 17 Juin, le 22nd Infantry Regiment se réorganisa et se ré équipa sans d'autres ennemis que les sporadiques attaques d'artillerie.
- Le 20 Juin, le régiment se déplaca rapidement avec peu ou pas de résistance allemande couvrant près de 8km et sécurisèrent les alentours du village Le Theil.
- Le régiment attaqua tôt dans la matinée du 21 Juin et remplira pas mal de missions bien que la résistance allemande s'était durcie
- Quand l'attaque repris le 22 Juin, le 2/22th IR attaqua à l'arrière du 3rd Battalion dans le but de nettoyer les différentes poches de résistance allemande aux alentours de Digosville. Le flanc droit, armée par la 4th Infantry Division, avance sous le feu de l'adversaire avec, de l'ouest vers l'est, le 8th Infantry Regiment (IR), le 12th IR et le 22th IR. Le lieutenant-colonel Thaddeus R. Dulin commandant le 3ème bataillon du 12th IR est tué lors d'une violente charge à la baïonnette dans le secteur de Digosville et l'unité est isolée du reste du régiment : ils ne sont renforcés que le 23 juin à compter de 7 heures avec l'engagement de blindés qui escortent également les convois de ravitaillement. A la fin de ce même jour, au centre du dispositif américain, la compagnie A du 314th Infantry Regiment (79th Infantry Division) atteint les hauteurs dominant la route plongeant vers le centre-ville de Cherbourg et n'est plus qu'à une centaine de mètre du Fort du Roule où est installé l'état-major allemand. Sur le flanc gauche, la 9th Infantry Division est encore à 4 kilomètres de la ville. Ce même jour, von Schlieben devient le commandant en chef des forces militaires allemandes dans le secteur.

La bataille aux alentours de Digosville a été très dur :

"À travers le ruisseau, le bataillon s’est décalé vers la gauche pour réaliser le plan original, mais les Compagnies I et L, après avoir avancé vers l'ouest presque sur la route de Digosville, ont été arrêtées par un lourd feu. Les allemands tiraient de l'autre côté et ont été retranchés autour de la jonction routière. À l'arrière, ca a eu l'effet d'isoler les premières compagnies du reste du bataillon pendant quelque temps, bien que les Compagnies K et le M et le bataillon du headquarters, au nord des bois, soient seulement a environ 731 mètres en arrière.
Pendant ce temps, la Compagnie K du 3rd Bataillon, aussi aidé par les chars, s’est déplacée vers l'Est pour rejoindre le 2nd Bataillon du 22st IR, dans l'attaque de Digosville. A 19h30, la compagnie s’est avancée vers Digosville dans une formation d'approche spécifique. A environ 123 mètres des emplacements allemands, des mitrailleuses ont ouvert le feu sur eux. Les quatre chars déployés, ont également ouvert le feu et ont ensuite dépassé les premières positions allemandes. Puis les Allemands ont commencé à concentrer un feu nourri (avec armes automatiques et fusils) sur la Compagnie K, les chars ont fourni une base de feu avec les deux 75 millimètres, les fusils et les mitrailleuses. Deux sections ont travaillé en avant. Puis douze P-47 ont bombardé et mitraillé les positions allemandes et, aussitôt que les dernières bombes sont tombées, les chars et l'infanterie se sont rapidement dirigés vers l’ennemi et l’ont détruit dans une courte lutte.
Lors de cette attaque, les communications étaient pauvres et l'attaque a été mal coordonnée. Le commandant du 2nd Bataillon, du 22st IR, a reçu ses ordres de la 12nd IR. Et de plus, les deux régiments ont utilisé différents numéros de référence des objectifs.
"

Un display avec plusieurs pièces de la 4th Infantry Division (haversack, liner et lettres de soldat)

Posté par Memoire1944 à 22:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 avril 2015

Dwight Eisenhower et la 29th Infantry Division

Au début de l'année 1944, il y a eu un certain nombre de visites de haut rang au sein d'unités de l'US Army se trouvant en Angleterre. En Février 1944, le Commandant suprême de l'armée américaine, Dwight D Eisenhower, inspecta la Company H de la 29th Infantry Division à Tavistock suivi en Mars par le Commandant de la 1st Army, le Lieutnant-General Omar Bradley. A partir de ce moment là, les soldats américains se sont de plus en plus impliqués dans des formations militaire intensive, y compris l'entrainement controversé lors de "l'Operation Tiger" à Slapton Sands où les premiers débarquements ont été répétés à balles réelles. 

Un jour, à la fin du mois de Mai 1944, la 29th Infantry Division quitta le petit village de Tavistock. Des centaines et des centaines de soldats, quatre de front, ont défilé silencieusement, ils portaient des casques d'acier et des fusils. Une grande foule s'était rassemblée pour les regarder, mais il n'y avait aucun encouragement ni de drapeaux brandis, le seul bruit était celui de leurs chaussures tapant le sol et les sanglots occasionnels d'une fille du coin. Tout le monde savait que quelque chose de "grand" allait se passer.












Une plaque souvenir se trouve désormais dans le village de Tavistock pour ne pas oublier les soldats de la 29th Infantry Division

Posté par Memoire1944 à 18:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

04 mars 2015

John F Dutz - 227th Field Artillery Battalion - 29th Infantry Division

John Frank Dutz est né le 6 Janvier 1915 en Pennsylvanie de Michael et Margaret Dutz. Il s'est engagé dans l'armée américaine à partir du 7 Avril 1941 sous le matricule 33023479. Dès son engagement et jusqu'à la fin de la Seconde Guerre Mondiale il servira dans la Battery B - 227th Field Artillery Battalion - 29th Infantry Division puis sera par la suite transféré dans la Battery B - 724th Field Artillery Battalion - 69th Infantry Division durant l'occupation de l'Allemagne avant de rentrer aux États-Unis.


Cette photo a été prise en compagnie de la population française à Saint-Clair-sur-Elle probablement aux alentours du 10 Juin 1944. John F Dutz se trouve à gauche de la photo et on remarque bien l'insigne de la 29th ID sur chacun des deux casques.
Cette photo accompagnée de deux soldats de la 29th ID a été prise aux alentours de Brest. Nous pouvons voir que le soldat de gauche porte une rare tenue HBT, rare puisque la 29th ID  ne devait normalement pas porter ce type de tenue sur le front mais comme quoi sur le terrain il existe de tout ...


Le 227th Field Artillery Battalion suivra toute la division durant la Seconde Guerre Mondiale :

Débarquement en Normandie : 
Selon les After Action Reports, le 2 Juin 1944, le 227th FAB embarqua dans deux LST à Falmouth en Angleterre. Le groupe d'assaut sera divisé en deux groupes. Le premier groupe était sous le commandement du Lt Col Neal W Harper qui était composé d'une partie de l'Headquarters Battery, de la Battery “A” et d'une partie du Service Battery. Ce groupe embarquera dans le LST #497. Le second groupe sera sous le commandement du Major Norman D Aboosh qui était composé de l'autre partie de l'Headquarters Battery, de la Battery “B” et “C” et de l'autre partie du Service Battery. Ce groupe embarquera dans le LST #292. Faisant parti de la Task Force B, le 227th FAB atteindra les cotes françaises le 6 Juin 1944 à partir de 18h00 ce même jour mais ne débarquèrent pas tout de suite. Durant la nuit du D-Day, les deux LST furent attaqués par un avion ennemi mais heureusement sans dommage particulier ni de blessés à bord.

Le 7 Juin 1944 à partir de 11h00, le Major Aboosh et le Major Johnson embarquèrent sur une barge de type Rhino Ferry avec neuf Howitzers, deux Spare Tractors, deux voitures de commandement et de reconnaissance ainsi que quatre Jeeps qui faisaient parties des Battery B et C. Ils débarquèrent à 12h00 sur la plage au niveau de l'exit situé à Saint-Laurent-sur-Mer. Ce groupe se déplaça en suivant la plage jusqu'à atteindre la plage de Vierville-sur-Mer puis sortira et sera rassemblé sur le Transit Area Number One à 13h30. Ils accomplirent une première mission de support de l'infanterie ce même jour. A 23h00, le Lt Col Neal W Harper rejoindra son groupe. Le reste du 227th FAB débarqua des deux LST jusqu'au 8 Juin 1944.

Combats en Normandie :
Le 8 Juin 1944 à partir de 11h30, la Battery B et C occupèrent une position à Isigny. De cette position, le groupe donna au 175th IR un support de feu aidant le regiment à s'emparer du village d'Isigny. A partir de 14h55, l'HQ Battery et la Battery A débarquèrent et rejoignirent la Battery B et C à 19h35.
Le 9 Juin 1944, le 227th FAB se déplacèrent encore une fois autour d'Isigny avant de tomber sur une poche de résistance allemande, une action s'engagea et 72 allemands furent fait prisonnier. A partir de cette date, le 227th FAB sera assigné à la 30th Infantry Division avec pour mission de renforcer la force d'action de la 30th Infantry Division Artillery jusqu'au 13 Juin 1944. 
De cette date, ils rejoindront la 29th Infantry Division et s'installèrent autour de Saint Lo avec pour mission d'aider la 29th ID dans les combats jusqu'au 19 Juin 1944. Ils se déplaceront une nouvelle fois autour de Saint-Lo le 19 Juin 1944 et restèrent sur cette position jusqu'au 30 Juin 1944 participant très souvent à des pilonnages des troupes allemandes.




Éléments de la Battery B - 227th Field Artillery Battalion en action autour de Saint-Lo

A partir du 1 Juillet 1944, le 227th FAB sera toujours autour de Saint-Lo. La mission était de donner un appui général à la division et de renforcer le feu d'action de la 3rd Armored Division. De cette position, le bataillon était en mesure d'atteindre tous les secteurs de l'avant de la division. Le
Bataillon est resté sur cette nouvelle position jusqu'au 14 Juillet 1944.
A 2100 heures le 14 Juillet 1944, le bataillon se trouva sur de nouvelles positions se rapprochant de plus en plus de Saint-Lo. De cette position, le 227th FAB pouvait considérablement aidé à la prise de Saint-Lo. Le 18 Juillet 1944, le Captain Doyle E Conrad a agi comme un observateur avancé pour le 227th FAB. Il fut le premier observateur à entrer dans la ville et à établir des communications avec l'artillerie. Les troupes de la 29th ID une fois dans Saint-Lô ont été soumis à un énorme feu de barrage ennemie. Le 227th FAB a permis de soulager la pression exercée sur les troupes alliées.

Par la suite, le 227th FAB continuera de se battre en Normandie et notamment à Torigni-sur-Vire où ils seront sous le feu de l'ennemie mais heureusement sans grandes pertes ni trop de blessés pour le battalion.

Ils seront durant tout ces mois passés en Normandie constamment en contact face à des éléments de la 352. Infanterie Division, de la 353. Infanterie Division, de la 343. Infanterie Division, de la 366. Infanterie Division, de la 275. Infanterie Division, de la 2 SS et 17 SS Panzer-Division, de la Panzer-Lehr Division, de la 30 Schnelle Brigade, et de la 3. 8. et 9. Fallschirmjäger Division.

De très nombreuses photos prises par John F Dutz ont été (hélas) vendus séparément rappelant malgré tout son parcours tout au long de la Seconde Guerre Mondiale :

John Frank Dutz recevra pour l'ensemble de son parcours et des ses actions la Good Conduct Medal, l'American Defense Medal, l'European African Middle Eastern Service Medal ainsi que 4 Bronze Stars et 1 Bronze Arrowhead.

22 février 2015

Haydon Y Grubbs - 1st Armored Division Artillery








Nature morte composée de la map case, d'un blouson de tankiste de l'Armored Division et d'un casque précoce avec liner Hawley pouvant représenter le Lt Col Grubbs sur le terrain

Haydon Young Grubbs est né le 21 Novembre 1903 au bord d'un champ de bataille de la Civil War à Perryville dans le Kentucky. Il est le second fils d'Edward et Jenny Grubbs qui étaient enseignants. Haydon a grandi dans les régions rurales de l’Est du Kentucky, près de Junction City, avec ses trois frères et ses deux sœurs dans un environnement familiale militaire.

Appelé à servir dans l'artillerie, il a été affecté à Fort Benjamin Harrison dans l’Illinois (3rd Field Artillery) puis à Fort Benning en Géorgie (83rd Field Artillery) où il rencontra et épousa le 26 Juillet 1930 "la fille du régiment" à savoir Susan Brandt, dont le père, le Colonel Alfred Brandt commanda le 1st Battalion, 29th Infantry. De cette union naitra deux enfants, Haydon, Jr. et Brandt Fox. 
Il sera promu Lieutenant Colonel le 24 Décembre 1941 et gardera ce grade jusqu'au 7 Octobre 1944 date à laquelle il sera promu Colonel.

En 1942, Haydon sera transféré à Fort Dix dans le New Jersey. Il monta à bord du Queen Mary et arriva en Ecosse quatre jours plus tard. La 1st Armored Division sera formé en Irlande du Nord, puis Haydon débarqua avec eux à Oran en Afrique du Nord avant de passer par la Tunisie puis par Anzio en Italie. Haydon commandait un bataillon de maintenance puis devint plus tard le XO et le CO de la 1st Armored Division Artillery à Anzio qui était composé du 27th Armored Field Artillery Battalion, du 68th Armored Field Artillery Battalion et du 91st Armored Field Artillery Battalion.

Il a combattu à la célèbre bataille de la passe de Kasserine. Cette bataille est la première rencontre à grande échelle des forces américaines et allemandes durant la Seconde Guerre mondiale. Les troupes américaines sans expérience du feu sont envoyées au combat de façon maladroite par leur commandement. Les conséquences sont dramatiques pour elles avec des pertes élevées et un repli de plus de 80 kilomètres par rapport à leurs positions d'origine à l'ouest de Faïd. 

Le Lieutnant Colonel Haydon Grubbs sera aussi confronté personnellement à un combat avec la puissance aérienne allemande quand lui et son chauffeur de jeep ont été repérés sur une route tunisienne dans la région de la passe de Faïd. Trois JU-88 sont sortis d’un groupement de bombardiers pour piquer sur eux et les mitrailler. Lui et son chauffeur se trouvaient à plat, couchés dans le sable du désert n’offrant aucune protection lorsque les avions ont largué une bombe tout près d’eux qui n’a miraculeusement pas explosé. D’après le vendeur qui n’est pas collectionneur et à qui Haydon avait offert ce map case, il portait cette pochette à ce moment-là, ce qui explique surement les accrocs que l’on peut voir sur le devant et l’arrière de celle-ci.

À Anzio, Haydon passa trois mois sous le feu nourri de l'artillerie allemande qui a coûté la vie de plusieurs de ses commandants de bataillon. Il continuera par la suite les combats en Italie en combattant dans les Appennins puis pour la prise du Mont Cassino et enfin dans la Vallée du Pô jusqu’à ce que les forces italienne se rendent le 2 Mai 1945.

Il obtiendra la Légion du Mérite pour son action durant la Seconde Guerre Mondiale :


Après la Seconde Guerre Mondiale, il servira dans le V Corps Artillery à Fort Bragg puis se trouvera trois ans dans le Quartier General du General Mac Arthur à Tokyo, dans l’Armored Board à Fort Knox et sera finalement le professeur des Sciences Militaires et des Tactiques à l’Eastern Kentucky State University.

Il obtiendra une seconde Légion du Mérite :


Sa femme Sue et Haydon se retirèrent à Shalimar en Floride en 1955 pour une vie idyllique en bord de mer. 

Haydon décèdera l’après-midi du 3 Mai 1992 alors que Sue lisait les mémoires d'un des camarades de classe préférés d’Haydon et que lui regardait un match de baseball à la télévision, il avait 89 ans. Il repose désormais au Barrancas National Cemetery en Floride.