Cet haversack M-1910 a été retrouvé dans une ferme normande (près du village de Digosville) en 2009. 
D'après le propriétaire de la ferme, ce sac provenait d'un soldat qui a été blessé dans la cours de sa ferme durant un combat au moment de la libération du village entre le 25 et le 26 Juin 1944. Ce village a été libéré par le 2nd Battalion du 22th Infantry Regiment de la 4th Infantry Division. Le soldat aurait été emmené vivant avec plusieurs de ses camarades dans une des granges d'après le souvenir du fermier où ils auraient laissé du matériel. 
On retrouve un nom sur le haversack "R.H Miller" ainsi que plusieurs taches de sang qui confirmeraient les dires du témoin de l'époque.









Nous pouvons décrire le parcours du soldat jusqu'à sa blessure :

- Le 6 Juin 1944, la force alliée débarqua sur les côtes françaises. Le 22nd Infantry Regiment débarqua sur Utah Beach à H+76 minutes. Le 2nd Battalion débarqua dans des LCVP sur Uncle Red. Ils traversèrent la plage ainsi que les zones inondées avec pour mission d'attaquer vers le Nord-Ouest et réduire des points forts à Crisbecq et Azeville, puis sécuriser l'Ouest et le Sud-Ouest de Quineville.
- Au matin du 7 Juin, le régiment continua les attaques. Le 2/22nd IR avança et lança une attaque sur les points forts du Nord-Est d'Azeville. Plus tard dans l'après-midi, le 1st et 2nd Battalion ont reçu une autre contre-attaque à 00:40 et repoussèrent cette action sans subir de dommages ni de pertes.
- Le 8 Juin, le 1st et 2nd Battalion attaquèrent un point fort au Nord d'Azeville et Crisbecq mais sans succès.
- Le 9 Juin, un détachement spécial commandé par le Brigadier General Barber est formé pour attaquer Azeville et les points forts au Nord-Est d'Azeville. L'attaque commença aux alentours de 18:00 mais ils tombèrent rapidement sur de fortes défenses allemande.
- Le 10 Juin, le 2/22nd IR contenait l'ennemi à Chau de Fontenay.
- Le 11 Juin, le 2nd et 3rd Battalion préparèrent l'assaut sur le point fort d'Ozeville tout en contenant l'ennemi à Chau de Fontenay.
- Le 13 Juin, le 2/22nd IR commença un large mouvement sur le flanc du 12th IR pour attaquer l'Ouest de Quineville et rencontra une forte résistance allemande toute la journée. Ils libérèrent finalement l'Ouest de Quineville le 14 Juin et organisèrent sa position de défense.
- Sur la période du 15 au 17 Juin, le 22nd Infantry Regiment se réorganisa et se ré équipa sans d'autres ennemis que les sporadiques attaques d'artillerie.
- Le 20 Juin, le régiment se déplaca rapidement avec peu ou pas de résistance allemande couvrant près de 8km et sécurisèrent les alentours du village Le Theil.
- Le régiment attaqua tôt dans la matinée du 21 Juin et remplira pas mal de missions bien que la résistance allemande s'était durcie
- Quand l'attaque repris le 22 Juin, le 2/22th IR attaqua à l'arrière du 3rd Battalion dans le but de nettoyer les différentes poches de résistance allemande aux alentours de Digosville. Le flanc droit, armée par la 4th Infantry Division, avance sous le feu de l'adversaire avec, de l'ouest vers l'est, le 8th Infantry Regiment (IR), le 12th IR et le 22th IR. Le lieutenant-colonel Thaddeus R. Dulin commandant le 3ème bataillon du 12th IR est tué lors d'une violente charge à la baïonnette dans le secteur de Digosville et l'unité est isolée du reste du régiment : ils ne sont renforcés que le 23 juin à compter de 7 heures avec l'engagement de blindés qui escortent également les convois de ravitaillement. A la fin de ce même jour, au centre du dispositif américain, la compagnie A du 314th Infantry Regiment (79th Infantry Division) atteint les hauteurs dominant la route plongeant vers le centre-ville de Cherbourg et n'est plus qu'à une centaine de mètre du Fort du Roule où est installé l'état-major allemand. Sur le flanc gauche, la 9th Infantry Division est encore à 4 kilomètres de la ville. Ce même jour, von Schlieben devient le commandant en chef des forces militaires allemandes dans le secteur.

La bataille aux alentours de Digosville a été très dur :

"À travers le ruisseau, le bataillon s’est décalé vers la gauche pour réaliser le plan original, mais les Compagnies I et L, après avoir avancé vers l'ouest presque sur la route de Digosville, ont été arrêtées par un lourd feu. Les allemands tiraient de l'autre côté et ont été retranchés autour de la jonction routière. À l'arrière, ca a eu l'effet d'isoler les premières compagnies du reste du bataillon pendant quelque temps, bien que les Compagnies K et le M et le bataillon du headquarters, au nord des bois, soient seulement a environ 731 mètres en arrière.
Pendant ce temps, la Compagnie K du 3rd Bataillon, aussi aidé par les chars, s’est déplacée vers l'Est pour rejoindre le 2nd Bataillon du 22st IR, dans l'attaque de Digosville. A 19h30, la compagnie s’est avancée vers Digosville dans une formation d'approche spécifique. A environ 123 mètres des emplacements allemands, des mitrailleuses ont ouvert le feu sur eux. Les quatre chars déployés, ont également ouvert le feu et ont ensuite dépassé les premières positions allemandes. Puis les Allemands ont commencé à concentrer un feu nourri (avec armes automatiques et fusils) sur la Compagnie K, les chars ont fourni une base de feu avec les deux 75 millimètres, les fusils et les mitrailleuses. Deux sections ont travaillé en avant. Puis douze P-47 ont bombardé et mitraillé les positions allemandes et, aussitôt que les dernières bombes sont tombées, les chars et l'infanterie se sont rapidement dirigés vers l’ennemi et l’ont détruit dans une courte lutte.
Lors de cette attaque, les communications étaient pauvres et l'attaque a été mal coordonnée. Le commandant du 2nd Bataillon, du 22st IR, a reçu ses ordres de la 12nd IR. Et de plus, les deux régiments ont utilisé différents numéros de référence des objectifs.
"

Un display avec plusieurs pièces de la 4th Infantry Division (haversack, liner et lettres de soldat)