Dès le 7 juin 1944, les soldats américains installés à hauteur de Sainte-Mère-Eglise reçoivent l’ordre de progresser le long de la route nationale 13 en direction de Montebourg, important carrefour routier et l’un des derniers verrous avant Valognes et Cherbourg. Mais les Allemands, appartenant dans ce secteur au Grenadier-Regiment 1058 (91. Infanterie-Division), Grenadier-Regiment 729 (709. Infanterie-Division), sont solidement installés en défensive.

Le 10 juin, le 12th Infantry Regiment (4th Infantry Division) commandé par le colonel Russell P. Reeder, Jr a atteint les hauteurs situées à l’est de Montebourg. Mais sur son flanc gauche, à l’ouest de la route nationale 13, le 8th Infantry Regiment (4th Infantry Division) commandé par le colonelJames A. Van Fleet est toujours à environ 1 000 mètres au sud, l’action de freinage de leurs adversaires ayant infligé du retard et de lourdes pertes aux assaillants. Le général Raymond O. Barton, commandant la division, cherche dans un premier temps à aligner les deux régiments Ces délais sont autant de jours supplémentaires permettant aux Allemands de constituer une solide ligne de défense centrée sur Montebourg. Les Américains subissent une importante contre-attaque dans la soirée du 10 juin dans le secteur du 12th Infantry Regiment, qui n’est arrêtée que grâce à l’intervention de l’artillerie terrestre et marine : les unités reçoivent alors l’ordre de s’installer en défensive en attendant que la division réarticule sa ligne de contact.

Du 12 au 14 juin, la 4th Infantry Division progresse à l’est de Montebourg, dépassant la route départementale 42 : pendant ce temps et durant les quatre jours qui suivent, les unités face à la ville doivent mener plusieurs patrouilles afin de renseigner sur le dispositif de défense de l’adversaire, sans pour autant s’engager dans la commune. L’artillerie (terrestre, aérienne et marine) se déchaîne sur Montebourg, réduisant la ville en un vaste tas de cendres.

Le 19 juin à 3 heures du matin, sans préparation d’artillerie, le général Barton lance son offensive pour s’emparer de la ville: le 8th Infantry Regiment dépasse Montebourg par l’ouest tandis que le 12th Infantry Regiment effectue également une manoeuvre de contournement par l’est. Bien ques les unités parviennent à progresser sans se laisser retarder, les pertes sont nombreuses. Les charsSherman de l’escadron B du 70th Tank Battalion passent également à l’attaque, contournent par l’ouest et prennent d’assaut les lignes allemands à revers, créant beaucoup de désordre dans les lignes adverses. Les Allemands, commandés par l’Oberstleutnant Günther Keil, reçoivent à midi l’ordre de se replier vers le nord pour éviter l’encerclement : ils sont taillés en pièce par les Américains qui ont déjà largement contourné Montebourg et qui interdisent tout repli. A 10 heures, appuyé par le 801st Tank Destroyer Battalion et le 183rd Field Artillery Battalion, le 3ème bataillon du12th Infantry Regiment est prévu d’attaquer la commune par l’ouest : il ne fait mouvement qu’à compter de 18 heures et lorsqu’il entre dans la ville, aux premières heures du 20 juin, les Allemands l’ont déjà abandonné, ne laissant derrière eux qu’un tas de ruines et près de 300 civils normands qui ont survécu dans de terribles conditions aux multiples bombardements.

A la tombée du jour, les Américains sont déjà à plus de trois kilomètres au nord-ouest de Montebourg.

Il s'agit d'un liner Capac de 43/44 aux couleurs de la 4th Infantry Division "Ivy". Ce liner aurait été retrouvé il y a quelques années dans un grenier de Montebourg en plein dans le secteur de la 4th ID. 
Il est assez jus et l'insigne n'est plus très visible mais à l'oeil nu il ressort bien. Il y a également une barre de grade de Lieutenant sur le devant dessiné au crayon à papier (chose assez courante à l'époque). 
Enfin, plusieurs laundry number (C-5934) viennent compléter le casque et j'espère réussir un jour à retrouver le propriétaire et son histoire.